Chaque établissement hôspitalier israélien a prévu de faire grève dimanche 9 février entre 10h00 et 12h00 par solidarité avec le personnel des hôpitaux Hadassah, situés à Jérusalem.

Les hôpitaux Hadassah Ein Kerem et Hadassah Mount Scopus font face à un deficit de 1.3 milliards de shekels, et mardi 4 février, le personnel des deux établissements ont lancé une grève pour contester la fin des négociations avec le ministère des Finances.

Au cours de la grève, le service des deux hôpitaux a fonctionné, mais avec un personnel très réduit. Tous les traitements qui ne sont pas considérés comme urgent – tels que les cas cliniques, les hospitalisations qui ne concernent pas l’oncologie, les interventions chirurgicales et les procédures qui peuvent attendre – ont été suspendus.

Sauf cas d’urgence, ces hôpitaux n’acceptent pas de nouveaux patients jusqu’à nouvel ordre. Durant la courte grève de solidarité qui s’est déroulée dimanche, les autres hôpitaux ont également fonctionné avec une équipe réduite.

Les médecins de Hadassah ont manifesté dimanche matin devant le bureau du Premier ministre. Ils ont commencé à 9h30, heure à laquelle les ministres arrivent pour assister au Conseil des ministres hebdomadaire. Le but de leur action est de « mettre fin à l’indifférence » du gouvernement.

Les médecins de Hadassah ont lancé la manifestation après de long mois de discussions avec le ministère des Finances pour rembourser la dette.

Craignant que le gouvernement ne se tourne vers les tribunaux pour demander faire appel un fiduciaire pour gérer ses affaires, l’hôpital a demandé à la Cour du district de Jérusalem un arrêt des procédures.

Les employés préviennent que si c’était le cas, ils porteront le fardeau de la crise financière, qui, selon eux, est susceptible de causer des licenciements et de compromettre la qualité des soins médicaux.

La semaine dernière, les hôpitaux ont signé un accord qui a injecté 100 millions de shekels. La somme, conjointement débloquée par les ministères de la Santé et des Finances, l’organisation des femmes Hadassah et les hôpitaux Hadassah, servira à payer certains des salaires.

Mais elle reste insuffisante, et les employés ont menacé, samedi soir, d’organiser une grève générale à partir de lundi s’ils ne recevaient pas leur salaire entier.