NEW YORK – A Pearl River, petite ville de l’Etat de New York à seulement 20 minutes de Manhattan, un couple juif, Barbara Gross Bernasconi et son mari Steve Bernasconi se sont réveillés dimanche 3 août et ont trouvé leur voiture couverte de croix gammées, de symboles nazis ‘SS’ et d’autres graffitis racistes. Trois des pneus de la voiture du couple ont également été crevés.

La police locale enquête sur l’incident comme une potentiel délit de haine. La Ligue Anti Diffamation incite les membres de la communauté à briser le silence et à dénoncer l’acte de haine comme inacceptable. Après que le couple ait posté les photos de l’incident sur Facebook, des dizaines de personnes ont posté des messages de soutien au couple et ont dénoncé le vandalisme.

Ce type de soutien communautaire peut aider à augmenter la sécurité, explique le rabbin Joseph Potasnik, vice président du Conseil des rabins de New York et rabbin en chef de la congrégation Mt Sinai de Brooklyn Heights.

Même si dans la 92ème rue dans Mahnattan, les invités s’inscrivent comme ils l’ont toujours fait, à la congrégation du Mt Sinaï à Brooklyn Heights seules les personnes autorisées peuvent entrer.

« Nous avons maintenu un plus haut niveau de sécurité pendant longtemps, mais à chaque fois qu’il y a une crise au Moyen Orient, nous devons revoir ces mesures. Heureusement, la police locale travaille très étroitement avec les synagogues, les Centres culturels juifs et les institutions juives pour fournir la protection nécessaire », explique Potasnik.

Disposer d’une sécurité visible n’est pas nouveau pour les Institutions juives dans les cinq districts de New York. Pourtant, étant donné le nombre d’attaques sur des bâtiments juifs à travers l’Europe, et les manifestations en légère hausse aux Etats-Unis, les institutions juives américaines devraient réévaluer leur sécurité, selon un bulletin publié vendredi par le Réseau de sécurité communautaire, SCN, une entreprise commune de Fédérations juives d’Amérique du Nord et la conférence des Présidents des majeures organisations juives d’Amérique.

« Les gens voient ce qui se passe en Europe et espèrent que cela ne se produira pas ici. Alors, par principe de précaution, nous demandons aux personnes d’être plus attentives de leur environnement », explique Don Cohen, coordinateur du programme pour les Affaires internationales et d’Israël à la Communauté juive et au Conseil des relations. « Quelque chose peut-il avoir lieu ? Bien-sûr. Nous ne l’espérons pas, mais la meilleure chose à faire est de ne ressembler à des cibles ».

S’il n’y a pas de menaces spécifiques contre les institutions juives de New York, il est prudent d’être préparé, explique Cohen.