Les dix Israéliens pris au piège dans une partie éloignée du Langtang National Park et qui ont été secourus mercredi ont décrit comment ils avaient échappé de peu aux tremblements de terre et aux avalanches – et les affrontements avec des habitants désespérés.

Yuval Amir, l’une des personnes secourues, a déclaré à la radio militaire que le groupe n’a survécu aux terrifiants premiers jours qui ont suivi le séisme de magnitude 7,8 de samedi que grâce à l’aide de la population locale népalaise.

« Nous étions dans un village [au moment du séisme], assis ensemble dans une maison d’hôtes. Nous venions tout juste de déjeuner lorsque le séisme a commencé », raconte Amir. « J’ai été légèrement blessé, touché à la tête par un poteau qui est tombé. »

Le groupe, qui avait au moins deux de ses membres blessés,a dû ensuite fuir une grave avalanche causée par le séisme et les répliques.

« Nous avons trouvé un endroit pour nous cacher de l’avalanche et à ne pas se faire enterrer sous la neige. »

Dormant dehors les nuits qui ont suivi le séisme, le groupe a rapidement eu désespérément besoin de nourriture et d’eau.

« Le village voisin a été complètement détruit. Nous avons décidé d’aller au village pour essayer de trouver de la nourriture, de l’eau, des vêtements chauds. Nous avons commencé à collecter des choses » dans les maisons détruites « quand un grand groupe de Népalais l’a pris personnellement. Ils ont été très choqués que nous prenions des choses et ont commencé à nous suivre, en nous jetant des pierres. On nous a même donné un coup de pied ».

Le groupe a rapidement fui la colère des locaux. Ils avaient compris pourquoi les Népalais étaient énervés, a expliqué Amir, mais ils rassemblaient des vivres du village détruit « pour survivre ».

Et, a-t-il ajouté, un népalais les a aidés à survivre.

« Notre propre solidarité nous a sauvés. Mais je tiens à dire qu’un homme népalais est resté avec nous pour prendre soin des blessés et nous a aidés. C’est un héros. »

Des dizaines d’Israéliens, peut-être même 50 personnes, sont toujours bloqués dans les régions montagneuses reculées du pays frappé par le séisme.

Les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères et des secouristes privés ont exprimé l’espoir que tous les Israéliens, en plus des 10 dont l’emplacement n’est pas encore connu, seront sauvés à la fin de la journée de mercredi.