Les Américaines vivant en Israël auraient pu légèrement favoriser Donald Trump face à Hillary Clinton lors des élections présidentielles américaines du mois de novembre, d’après au moins un sondage. Mais cela laisse une large place aux américano-israéliennes dont la réaction à la victoire de Trump s’est étendue depuis la déception jusqu’au désespoir.

Des centaines d’Américano-israéliennes insatisfaites devraient se rassembler devant l’ambassade américaine de Tel Aviv dans la soirée du samedi 21 janvier, en solidarité avec la Women’s March qui aura lieu à Washington, un mouvement massif de protestation qui devrait se dérouler cette matinée-là et qui vise à “transmettre un message audacieux à notre nouveau gouvernement lors de sa toute première journée au pouvoir et au monde aussi que les droits des femmes font partie intégrante des droits de l’Homme”.

Cet événement local, qui s’intitule le Rassemblement des Sœurs de tel Aviv à la Marche des Femmes de Washington, a été organisé par Pantsuit Nation Israel, un groupe Facebook ayant plus de 1 200 membres – majoritairement des femmes – et qui est un dérivé israélien du groupe Facebook du même nom – sur invitation seulement – qui avait été utilisé par les partisans d’Hillary Clinton durant la campagne 2016.

Mindy Goldberg, fondatrice du groupe Facebook Pantsuit Nation Israel (Autorisation)

Mindy Goldberg, fondatrice du groupe Facebook Pantsuit Nation Israel (Autorisation)

Elle explique que son organisation ne prend aucune position sur la politique israélienne.

Toutefois, un autre groupement participera au mouvement de manifestation : “All that’s Left,” qui mobilise des Juifs américains en Israël contre l’occupation de la Cisjordanie.

Interrogée sur l’objectif poursuivi par la manifestation, Trump étant démocratiquement élu, Goldberg répond : « En m’exprimant en mon seul nom, je crois dans le processus démocratique, et même si le Collège électoral n’est peut-être pas le système le plus démocratique qui soit, c’est celui que nous avons et je me refuse à envisager le renversement d’un président par une sorte de coup d‘état ou quoi que ce soit d’autre qui soit illégal ».

« Mais je pense que tous ceux qui se préoccupent de ce que signifie la décence morale doivent se dresser contre le racisme et l’indécence que Trump a montrés envers tant de communautés minoritaires ».

Les panneaux préparés en amont d'une manifestation organisée devant l'ambassade américaine de Tel Aviv vingt-quatre heures après l'investiture de Trump le 21 janvier (Autorisation)

Les panneaux préparés en amont d’une manifestation organisée devant l’ambassade américaine de Tel Aviv vingt-quatre heures après l’investiture de Trump le 21 janvier (Autorisation)

Goldberg croit que c’est le rôle des Juifs américains, notamment de ceux qui vivent en Israël, de faire part de leur solidarité envers ceux qui affrontent des discriminations.

“Nous pensons que le cliché entretenu selon lequel la majorité des Américains qui vivent en Israël seraient de droite est mensonger. On a pu ne pas les entendre beaucoup ces derniers temps, mais il n’y a aucun moyen de savoir quel a été le vote des Américains qui vivent en Israël », ajoute-t-elle.

Interrogée sur la raison d’un rassemblement orienté spécifiquement vers les femmes, Goldberg indique que “de manière naturelle, les femmes nourrissent davantage de craintes face à la présidence de Trump ».

« Trump a des politiques qui, selon les femmes, ne seront pas bonnes pour elles, en ce qui concerne l’accès aux soins mais aussi l’égalité en général, je pense ».

Le rassemblement, dit-elle, « est l’opportunité pour les Américaines qui vivent en Israël d’être à côté d’autres gens qui partagent leur idéologie ».