Le grand mufti d’Arabie saoudite, Abdel Aziz Al-Cheikh, a violemment dénoncé mardi les jihadistes de l’Etat islamique (EI) et d’Al-Qaïda, les qualifiant d' »ennemi numéro un de l’islam ».

« Les idées d’extrémisme, de radicalisme et de terrorisme (…) n’ont rien à voir avec l’islam et (leurs auteurs) sont l’ennemi numéro un de l’islam », a décrété le mufti dans un communiqué, citant nommément l’Etat islamique en Irak et en Syrie, ainsi qu’Al-Qaïda.

« Les musulmans sont les principales victimes de cet extrémisme, comme en témoignent les crimes perpétrés par le soit-disant EI, Al-Qaïda et les groupes qui leur sont liés », a-t-il ajouté, en citant un verset du Coran appelant à « tuer » les auteurs d’actes préjudiciables à l’islam.

Cette prise de position du sommet de la hiérarchie religieuse saoudienne reflète l’hostilité des milieux religieux en Arabie saoudite envers les djihadistes de l’EI, connus pour leur extrême brutalité.

Le royaume saoudien est un pays sunnite qui applique une version rigoriste de l’islam. Il abrite les deux plus hauts lieux saints de l’islam.