Des centaines de juifs américaines originaires de l’ancienne Union soviétique ont signé une pétition protestant contre le projet du président américain Donald Trump de suspendre l’entrée des réfugiés de certains pays musulmans aux Etats-Unis.

La pétition en ligne a été publiée jeudi, après des informations selon lesquelles Trump prévoyait de signer des décrets présidentiels suspendant temporairement l’admission des demandeurs d’asile venus de Syrie, d’Irak, d’Iran, de Libye, de Somalie, de Soudan et du Yémen.

Trump a signé ce décret vendredi.

« Nous, les soussignés réfugiés juifs soviétiques, écrivons notre soutien au programme d’installation des réfugiés des Etats-Unis et notre opposition au décret exécutif du président Trump qui fermerait les portes de l’Amérique aux réfugiés vulnérables cherchant désespérément notre protection », affirme la pétition, qui a reçu plus de 400 signatures.

La plupart des signataires ont indiqué avoir quitté l’ancien Union soviétique après 1989, quand les autorités communistes faisant face à la désintégration de leur pays ont arrêté d’emprisonner les dissidents et ont adouci drastiquement les restrictions à la liberté de mouvement, d’expression et de religion.

La définition des Nations unies pour tous les réfugiés, à l’exception des réfugiés palestiniens, est « quelqu’un qui a été obligé de quitter son pays à cause de la persécution, de la guerre ou de la violence. »

Dans la pétition, les cosignataires ont écrit que « les Etats-Unis ne doivent pas tourner le dos aux êtres humains fuyant la violence et les persécutions comme nos familles l’ont fait quand nous avons quitté l’ancienne Union soviétique, ni abandonner nos plus importantes valeurs nationales et les demandes de décence fondamentale. »

Masha Gessen, auteure de Where the Jews Aren’t. (Crédit : Lee Towndrow)

Masha Gessen, auteure de Where the Jews Aren’t. (Crédit : Lee Towndrow)

La tradition juive, ont-ils ajouté, « nous enseigne que notre propre expérience en tant qu’étrangers, immigrants et réfugiés nous oblige à créer une société de compassion où les droits des migrants sont protégés. »

Masha Gessen, célèbre journaliste russo-américaine qui a ouvertement critiqué Trump et le président russe Vladimir Poutine, a signé la pétition.

L’année dernière, les Etats-Unis ont accordé l’asile à près de 85 000 réfugiés, selon une étude des données du centre de traitement des réfugiés du département d’Etat réalisée par le Centre de recherche Pew.

Sur ces 85 000 personnes, 38 901 se présentaient comme musulmanes. Il s’agit du nombre de réfugiés musulmans le plus important depuis que ces données sont publiques, soit depuis 2002.

Pendant un entretien accordé jeudi à Fox News, Trump a défendu son intention de signer des décrets exécutifs suspendant en partie le programme d’accueil des réfugiés.

Le président américain  Donald Trump pendant un entretien accordé à Fox News, le 26 janvier 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le président américain Donald Trump pendant un entretien accordé à Fox News, le 26 janvier 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube)

« Maintenant, le FBI a plus de 1 000 enquêtes en cours [liées au terrorisme], et ce sont les personnes que nous laissons entrer. Nous n’en avons pas besoin, a déclaré le président. Certaines personnes sont venues avec des intentions diaboliques. La plupart ne l’ont pas fait, j’imagine, mais nous ne pouvons pas prendre le risque. »

« Nous avons pris des dizaines de milliers de personnes. Nous ne savons rien d’elles. Ils peuvent dire qu’elles ont été examinées. Ils ne les ont pas examinées, elles n’ont pas de papier. Comment pouvez-vous examiner quelqu’un quand vous ne savez rien de cette personne et qu’elle n’a pas de papiers ? »