L’UJA Federation of Greater Toronto [Fédération de l’Appel Juif unifié du grand Toronto] a mis en place un fonds d’aide pour la famille d’Howie (Chaim), qui est originaire du Canada. Il a été gravement blessé lors de l’attaque terroriste du 18 novembre à la synagogue d’Har nof, quartier qui se trouve dans la partie occidentale de la ville. Cette attaque avait été menée par deux terroristes palestiniens de Jérusalem-Est.

Les frères et sœurs de Rothman, qui résident à Toronto et Montréal, ont indiqué aux médias canadiens que leur frère, qui a fait son alyah 30 ans auparavant avec son épouse Risa, a été frappé à la tête avec un couperet à viande pendant l’attaque. Il aurait perdu la vue d’un œil et souffre de dommages cérébraux. Il est pour le moment dans un coma artificiel.

A la fin de la semaine dernière, un porte-parole du centre médical Hassadah, où Rothman et les autres victimes de l’attaque ont été hospitalisés, a donné des précisions au Times of Israel sur l’état de santé de Rothman. Il est celui qui a été le plus gravement blessé et se trouve dans une condition critique. Il a subi plusieurs opérations et n’a pas encore repris connaissance.

Rothman, 54 ans, subvenait aux besoins de sa famille. Il travaillait au State Comptroller [Contrôleur d’Etat] spécialisé dans la vérification des systèmes. Il est le père de 10 enfants qui ont entre 4 et 24 ans. Il est récemment devenu grand-père. Il y a neuf ans, son fils ainé, qui avait 17 ans à l’époque, est mort suite à une chute accidentelle dans un ravin alors qu’il faisait du vélo dans la forêt de Jérusalem.

« Howie est non seulement apprécié, mais peut-être plus important encore, il est respecté pour sa personne et en tant que collègue », confie le collègue de Rothman, Isaac Becker au Times of Israel, qui a lui aussi émigré du Canada.

La police israélienne et des secouristes en dehors de la synagogue Kehilat Yaakov à Jérusalem après une attaque terroriste il le 18 Novembre, 2014. (Crédit : Yonatan Sindler / FLASH90)

La police israélienne et des secouristes en dehors de la synagogue Kehilat Yaakov à Jérusalem après une attaque terroriste il le 18 Novembre, 2014. (Crédit : Yonatan Sindler / FLASH90)

Dans une interviews accordés à la chaîne canadienne CTV, le frère de Rothman, Steve, et sa sœur, Shelly Rothman-Benaim, décrivent Rothman comme une personne aimable, paisible et généreuse.

Steve Rothman se remémore que lors d’une de ses visites à Jérusalem, il a observé son frère faire la charité aux mendiants du quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim.

« Je lui ai dit ‘Howie, comment peux-tu faire ça ? Tu as 10 enfants. Tu ne peux même pas subvenir aux besoins de tes propres enfants et tu leur donnes de l’argent ?’ », raconte Steve Rothman.

« Et il m’a répondu, ‘Steve, Dieu a créé différents types de personne en ce monde. Il y a les personnes qui ne peuvent pas s’occuper d’eux-même. Il y a ceux qui étudient la Torah. Il y a les personnes de ma communauté et de ma shul, ma synagogue, où je donne de l’argent aussi. Et il y a ma famille, à qui je donne le plus ».

Le site de la fédération informe que l’argent collecté servira à payer les factures médicales de Rothman et les dépenses basiques du ménage et à couvrir les besoins des enfants.

« Même si les médecins n’ont donné aucun pronostic… la capacité d’Howie Rothman à pouvoir subvenir aux besoins de sa famille dans le futur est véritablement compromise », souligne Steven Shulman, le directeur de campagne et le conseiller de l’UJA Federation, à la chaîne canadienne CTV.

Un homme ultra-orthodoxe examine un trou laissé par une balle à l'intérieur de la synagogue suite à une attaque terroriste qui a tué 5 personnes la veille à Har Nof (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un homme ultra-orthodoxe examine un trou laissé par une balle à l’intérieur de la synagogue suite à une attaque terroriste qui a tué 5 personnes la veille à Har Nof (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Shulman précise que ce fond a été créé car Rothman avait des liens forts avec la communauté juive de Toronto, où il a grandi et a été éduqué.

« Nos pensées et nos prières l’accompagnent, lui et sa famille ainsi que tous ceux qui ont été affectés par cette attaque terroriste », confie Rabbi Lee Buckman, qui dirige l’école TanenbaumCHAT, le lycée juif où Rothman a étudié jusqu’en 1979.

« Avant même de savoir qu’Howie était l’une des victimes de l’attaque, nous avions réuni un groupe d’étudiants et du personnel pour réfléchir à un moyen pour que nos élèves puissent se mettre en relation avec des élèves qui vivent en Israël », raconte Buckman au Times of Israel.

Debbie Cohen-Benudiz, une ancienne camarade de classe de l’épouse de Rothman, a assisté jeudi dernier à la récitation des télihim (les psaumes de David) pour Rothman et les autres victimes des récentes attaques terroristes en Israël.

« La communauté juive de Toronto répond toujours présente lorsqu’il y a une crise », explique Cohen-Benudiz au Times of Israel. « Même si les personnes ne connaissaient pas Howie ou Risa, il sont venus ».

Cohen-Benuduz a été choquée lorsqu’elle a appris la nouvelle au sujet du massacre d’Har Nof, qui se trouve à l’ouest de Jérusalem.

« Nous ne sommes en sécurité nulle part. Cela pourrait arriver au Canada. Cela peut arriver partout aujourd’hui », déplore-t-elle.

« Tout ce que nous pouvons faire, c’est de nous tenir sur nos gardes, être vigilants et espérer. Que peut-on faire de plus ? ».