Les institutions juives ont augmenté leur niveau de protection au niveau maximal après l’assassinat de 12 personnes dans les bureaux de l’hebdomadaire satirique.

L’augmentation des mesures de sécurité a été décidée quelques heures après le massacre de mercredi où 12 personnes aient perdu la vie dans les bureaux de l’hebdomadaire Charlie Hebdo.

Ces mesures comprennent une augmentation de la présence de policiers en uniforme et en civil de police à l’extérieur des institutions juives et dans les zones à grande population juive, selon Chlomik Zenouda du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA).

En plus de l’augmentation de la protection policière, des bénévoles de la communauté juive ont été appelés pour assurer la sécurité à l’intérieur des périmètres des synagogues et des écoles juives, ajoute Zenouda au JTA jeudi.

« Nous sommes bien au-delà de l’alerte rouge, on fait tout ce qu’on peut parce que, malheureusement, la question n’est pas si la communauté juive française sera visée, mais plutôt quand », explique-t-il. « Il y a des éléments qui indiquent que cela pourrait arriver dans un futur proche ».

L’attentat au Charlie Hebdo, qui a publié de nombreuses caricatures sur l’islam, aurait été mené par des djihadistes.

En 2012, Mohamed Merah, un islamiste, qui a suivi un entraînement militaire au Pakistan, a tué 4 Juifs dans une école juive à Toulouse. Un autre musulman français, Mehdi Nemmouche, a été mis en examen en Belgique pour avoir tué quatre personnes l’année dernière au musée juif de Bruxelles.

Ces attaques ont entraîné une augmentation importante de la sécurité des communautés juives à travers l’Europe occidentale, où le conflit de l’été entre Israël et le Hamas à Gaza a déclenché une légère hausse de la violence antisémite.