Des membres de la Knesset appartenant au Likud et au parti travailliste ont élaboré ensemble un projet de loi qui permettrait aux Juifs de prier sur le mont du Temple, une pratique actuellement interdite.

Le mont du Temple, où se trouvent le Dôme du Rocher et la mosquée Al-Aqsa, est considéré comme le troisième lieu saint de l’islam et le site le plus sacré pour les Juifs, puisqu’à cet endroit se situaient les deux temples construits à l’époque antique.

Par une législation, Israël a institué après le contrôle de cette partie de Jérusalem en 1967 que les Juifs ne seraient pas autorisés à prier sur le site.

Les députés Miri Regev (Likud) et Hilik Bar (travailliste) devraient prochainement présenter le projet de loi à la Knesset, rapporte le site Ynet, même si la date n’est pas encore arrêtée.

« Il n’y a aucune raison que les Juifs ne soient pas autorisés à prier dans le lieu le plus saint dans le monde », a déclaré Regev, ajoutant qu’elle continuerait à se battre dans ce but.

« Je crois fermement que les troubles et l’agitation qui se produisent régulièrement sur le mont du Temple devraient conduire à sa fermeture pour les Arabes. Le Premier ministre n’est pas le seul à trancher sur la question, et si la proposition ne passe pas, j’irai même demander à la Haute Cour de justice dans une pétition que les Juifs soient autorisés à prier avec talith (châle de prière) et téfilines (phylactères) sur le mont du Temple », a estimé Miri Regev, citée par Ynet.

Étant donné que la prière juive sur le mont du Temple demeure une question controversée, qui mène souvent à de violents affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens, le Premier ministre Benjamin Netanyahu devrait rejeter la proposition.

Le député Hilik Bar a déclaré que le projet de loi conduirait à ce que
« Juifs et Arabes vivent côte à côte ».

« J’ai insisté pour que l’autorité du Waqf (la fondation religieuse islamique contrôlée par la Jordanie qui assure la gestion du site) ne soit pas bafouée, mais les musulmans doivent comprendre que nous avons aussi le droit d’y prier », a-t-il déclaré.

« Je considère ces lieux saints comme le berceau de notre existence, et si quelqu’un à gauche a des plaintes contre la prière juive sur le mont du Temple – ils vont avoir du mal à prétendre que les autres ethnies soient victimes de discrimination », a-t-il ajouté.

Dans le but d’adoucir les tensions, le projet de loi souligne qu’ « aucune démonstration, protestation ou incitation qui perturbe la paix ne sera tolérée » et que les contrevenants seront passibles d’une amende, selon Ynet.

En avril, pendant la fête juive de Pessah, des émeutes ont éclaté sur le mont du Temple. Les Palestiniens ont protesté lors d’une visite de fidèles juifs et de touristes sur le site.

Des dizaines de manifestants palestiniens et un policier israélien ont été blessés lors des affrontements qui ont abouti à la fermeture du site aux non-musulmans le jour suivant.

Après les incidents, le ministère des Affaires religieuses a déclaré qu’il allait élaborer de nouvelles règles qui permettraient la prière juive sur le mont du Temple.

« Nous avons élaboré des règlements qui permettront de prier sur le mont du Temple », a déclaré le vice-ministre Eli Ben Dahan, du parti Habayit Hayehudi.

« J’espère que le Premier ministre et le gouvernement israélien adopteront et valideront ces règlements qui permettront à tous les Juifs qui le désirent de se rendre librement sur le mont du Temple et d’y prier », a-t-il affirmé lors d’une conférence organisée par Liba, une association qui encourage les Juifs à visiter le mont du Temple.

Les règlements inverseraient alors la situation actuelle dans laquelle, la prière juive est rigoureusement interdite sur le mont du Temple.