WASHINGTON (JTA) – Arrêtez les publicités, arrêtez l’agitation, lisez, écoutez et consultez.

Voilà ce que cinq législateurs juifs « clefs » ont déclaré alors qu’ils se préparent aux cinq à sept semaines dont ils disposent pour réfléchir sur leur vote concernant l’accord sur le nucléaire iranien.

Il y a 28 Juifs au Congrès, mais sept sont indécis et dans des positions d’influence alors que les législateurs examinent un accord qui donne à l’Iran une levée de sanctions en échange de restriction sur son programme nucléaire.

Les Républicains sont globalement opposés à l’accord, alors tout se concentre sur des Démocrates qui pourraient jouer un rôle clef pour rassembler une majorité des deux tiers à la Chambre des Représentants et au Sénat afin d’outrepasser le veto promis du président Barack Obama contre toute résolution désapprouvant l’accord.

Les Démocrates adoptent traditionnellement leur ligne en suivant de membres considérés comme plus proches d’une question particulière. Dans ce cas, les démocrates juifs, et leur leadership sur la défense d’Israël, fait d’eux des législateurs très scrutés.

Un nombre de groupes s’opposant à l’accord font des publicités dans les états avec des nombres importants d’électeurs juifs démocrates, y compris la Floride, New York et la Californie. Le Sénateur Charles Schumer, de New York, pressenti pour être le chef du parti su Sénat lorsque le Senateur Harry Reid, du Nevada, prendra sa retraite l’année prochaine, a été ciblé en particulier dans les publicités.

Josephe Lieberman, un ancien sénateur qui fait du lobby contre l’accord, a déclaré à un programme de radio conservateur de New York que Schumer était « clef » et que son non ouvrirait « la voie pour que beaucoup d’autres démocrates s’opposent également ».

Obama a passé du temps en tête à tête en fin de semaine dernière avec un nombre important de législtateurs juifs les incitant à accepter l’accord.

Malgré toute la pression, les législateurs juifs ont partagé dans des entretiens un point de vue inflexible : ils ne se laisseront pas précipiter, ils ne laisseront pas l’agitation extérieure les influencer.

« J’étais un de ces membres qui ont combattu vigoureusement pour une période de révision de 60 jours », a déclaré le Républicain Steve Israël, de New York, notant que le Congrès dispose de cette période de temps pour approuver ou désapprouver l’accord. « Si vous voulez vous battre pour cela, la chose reponsable et non partisane à faire est de prendre ce temps ».

Israël a mené la campagne de réélection au Congrès de son parti lors de deux dernières sessions et s’est irrité de l’empressement parmi les Républicains de dénoncer l’accord.

Eliot Engel de New York, le Démocrate le plus expérimenté du Comité des Représentants pour les Affaires étrangères, a déclaré qu’il attendait avec impatience de passer du temps avec son équipe dans le bâtiment des Informations Sensibles Compartimentées où des officiels du gouvernement avec les autorisations peuvent consulter des documents classifiés.

« Je n’aime pas pointer du doigt ou faire de la rhétorique, a déclaré Engel. J’examine l’accord et m’efforce de prendre une décision ».

Adam Schiff de Californie, le Démocrate de haut rang du Comité de Renseignement de la Chambre, a déclaré qu’il « essayait réellement de ne pas se laisser influencer par ses émotions et de voir ce qui a le plus de sens ».

Schiff a évoqué le lien entre l’accord et l’Holocauste fait par le candidat républicain à la présidence Mike Huckabee en déclarant que les commentaires « n’étaient pas du tout utiles et le mettaient un peu mal à l’aise ».

JTA s’est exprimé avec cinq des juifs clefs indécis : Schumer n’a pas répondu aux demandes. Nita Lowey, de New York, la chef Démocrate du Comité des Appropriations de la Chambre, a indiqué son intérêt dans un entretien mais n’a pas été capable de trouver du temps lors des cinq derniers jours.

Les autres législateurs indécis qui ont parlé au JTA sont le Sénateur Ben Cardin du Maryland, le Démocrate expérimenté du Comité des Relations étrangères du Sénat, et Ted Deutsh de Floride, le Démocrate expérimenté au sous comité du Moyen Orient du Comité des Affaires étrangères.

Trois Démocrates juifs importants se sont prononcés en faveur de l’accord : le Jan Schakowsky de Illinois, l’assistant en chef à la Chambre, Sander Levin du Michigan, le plus ancien législateur juif en fonction et membre de haut rang sur le Comité des Moyens, et la Sénatrice Dianne Feinstein de Californie, membre de haut rang du Comité du Sénat sur le Renseignement. La Sénatrice Barbara Boxer, de Californie, en pointe sur les questions pro-israël et qui va prendre sa retraite, a également indiqué qu’elle soutiendrait l’accord.

Israël, dont l’expérience se trouve dans l’activisme organisationnel juif, a déclaré qu’il comptait justement sur son expérience.

« Ce que je fais est dans mon ADN », a déclaré le législateur qui a été arrêté dans les 1980 pour activisme juif soviétique.

De manière plus tangible, de nombreux législateurs, particulièrement ceux dans des larges circonscriptions juives, vont tenir des rencontres de mairie lors de la pause parlementaire d’août.

« Nous avons au moins quatre rencontres dans des mairies que nous prévoyons dès que nous rentrons » au sud de la Floride en août, a déclaré Deutch. « Je sais aussi que nous organisons des rencontres avec différentes circonsceptions et différens groupes qui veulent venir discuter de l’accord ».

Deutch, qui a déclaré au JTA qu’il était sceptique sur l’accord, a dit qu’il pourrait annoncer son choix à la fin de cette semaine.

Les officiels de l’administration insistent que si le Congrès rejette l’accord, les partenaires européens qui pourraient être clefs pour les sanctions ne voudraient pas coopérer. Mais Deutch n’est pas sûr de cela.

« Je ne veux pas me fier à ce que nous disent les officiels américains, a-t-il déclaré. Je veux parler directement avec nos amis européens, et c’est ce que je fais ».

Deutch a également déclaré que les législateurs se consultaient les uns les autres.

« Je veux que mes collègues comprennent à quel point il est important d’aller au-delà des points de discussion et de creuser dans les détails », a-t-il déclaré.

Les membres du Congrès prêtent attention aux appels des électeurs. Schiff a déclaré que ses électeurs étaient partagés à 50/50, Deutch et Engel ont dit que les électeurs partagent leurs préoccupations sur l’accord, et Israël a déclaré vendredi que les électeurs étaient 550 pour l’accord et 300 contre.

Cardin n’a pas compté, mais il a dit que ses électeurs ont de l’influence. Les retours de circonscriptions, a-t-il déclaré, étaient « un des facteurs qui entrent en jeu dans le processus politique et qu’ils ont certainement un impact ».

Comme d’autres, le Démocrate du Maryland a déclaré qu’il accordait une attention importante aux audiences ouvertes, comme celles polémiques que le Secrétaire d’Etat John Kerry et d’autres membres du cabinet ministériel ont enduré ces récents jours à la Chambre et au Sénat, tout comme les discussions classifiées.

« Je veux comprendre totalement l’accord, si nous sommes mieux avec cet accord, avec l’Iran qui devient une puissance nucléaire, et si nous refusons cet accord, quelles seront les conséquences », a-t-il déclaré.

Les législateurs ont de rencontres avec des organisations qui s’opposent à l’accord, le principal parmi eux est le Comité Américain des Affaires publiques avec Israël, et ceux qui le soutiennent.

Schiff a déclaré que la publicité à la télévision menée par des groupes soutenant ou s’opposant à l’accord n’aura pas d’influence sur lui.

« Lorsque les campagnes de publicité vont commencer, je vais essayer de me déconnecter de tout cela, a déclaré le Démocrate californien. Je ne crois pas que c’est quelque chose que l’on peut décider avec une publicité de 30 secondes ».