Alors que beaucoup d’entre nous se sont engagés à perdre quelques kilos en ce début de nouvelle année, les mannequins israéliens devront en gagner quelques-uns.

Désormais, les mannequins qui auront un indice de masse corporel (IMC) inférieur à 18,5 seront interdits de podiums, de séances de photos et de campagnes publicitaires.

À compter du 1er janvier, une attestation médicale attestant d’un IMC d’au moins 18,5 sera requise. Selon cette norme, un mannequin féminin mesurant 1m72 ne devra pas peser moins de 54 kg, rapporte le quotidien The Jewish Week.

Israël avait déjà affiché son soutien à un certain nombre d’autres organisations comme la Fashion Week de Milan, Vogue ou le Conseil des créateurs de mode américains, en établissant un IMC minimum.

Mais l’adoption d’un texte législatif, prévoyant des sanctions en cas de non-respect, est une première. La nouvelle loi a été surnommée « loi Photoshop » en raison de certaines dispositions imposant aux annonceurs un étiquetage clair sur les publicités comportant des images retouchées de mannequins.

Bien que la loi se veuille universelle, elle vise clairement les modèles féminins. Les troubles alimentaires touchent surtout les jeunes femmes. Selon le Jerusalem Post, 1 500 adolescents connaissent de véritables troubles alimentaire en Israël.

Dans 5 % des cas d’anorexie, la maladie est mortelle.

« Nous ne portons que du noir, nous faisons des régimes draconiens et nous sommes obsédés par le regard des autres. Le temps est venu de la fin de l’ère de squelettes sur les panneaux publicitaires. Nous devons prendre nos responsabilités pour nous-mêmes et pour nos enfants », explique au Jerusalem Post, Adi Barkan, un photographe de mode, désormais actif au Centre israélien pour le changement des habitudes alimentaires.

Adi fait partie des instigateurs de la nouvelle législation visant à réglementer le poids du corps des mannequins. En 2007, une de ses amies, le mannequin Hila Elmaliah, anorexique, est décédée. Elle pesait 27 kg.