Les groupes anti-Israël des campus des universités des Etats-Unis modifient leurs tactiques, remplaçant les résolutions du mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) par des « tactiques spectaculaires et perturbantes », selon un rapport d’un groupe juif de surveillance.

Dans son rapport « Tendance des campus à l’automne 2015 », publié vendredi, la coalition Israël sur le campus (CIC) rapporte également que les groupes anti-Israël ont investi des « efforts significatifs » pour renforcer leurs liens avec des militants d’autres causes sur les campus, pourtant le mouvement a en général fait face à des « divisions considérables ».

Alors que le nombre d’évènement anti-Israël a chuté depuis l’automne précédent, quand la guerre d’Israël dans la bande de Gaza en avait « déclenché un nombre inhabituellement haut », ces évènements sont plus souvent engagés dans des partenariats avec des « groupes non liés à Israël, reflétant l’impact de la construction de coalition » parmi les militants anti-Israël, selon le rapport.

Parallèlement, le rapport a trouvé une augmentation des activités pro-Israël sur les campus.

Les « tactiques perturbantes » observées dans le rapport comprennent de « mettre en place des manifestations spectaculaires » à des évènements pro-Israël et aux conférences sur les campus d’orateurs israéliens.

Pendant certains de ces incidents, le groupe national des Etudiants pour la justice en Palestine a filmé des manifestants et ensuite publié des « vidéos modifiées qui ont généré des attaques vicieuses contre les soutiens du campus à Israël », est-il écrit dans le rapport.

Selon le rapport, les militants étudiants anti-Israël sont divisés sur l’efficacité du mouvement BDS contre Israël, la guerre civile syrienne et « d’autres sujets géopolitiques ».

Dans un communiqué de presse, le directeur exécutif de la CIC, Jacob Baize a déclaré que les militants pro-Israël sur les campus sont « concentrés sur les moyens positifs et proactifs d’exprimer leur soutien à Israël sur les campus dans le pays ».

L’organisation avait publié un rapport similaire en août documentant les activités et les tendances de l’année universitaire 2014-2015.