Les ministres israéliens ont exprimé leur indignation mercredi soir pour n’avoir pris connaissance de l’extension de la trêve à Gaza de cinq jours que quelque temps après son entrée en vigueur, à minuit mercredi.

« La situation où les principaux ministres du gouvernement et des millions de citoyens du pays sont tenus au courant sur la trêve par des annonces du Hamas dépasse l’entendement », a confié un haut fonctionnaire à Walla News.

Un ministre anonyme a affirmé à Ynet que le Premier ministre Benjamin Netanyahu « ne s’est pas adressé au cabinet toute la journée et nous ignorons ce qui se passe. Il a disparu. »

Selon les rapports, les ministres n’ont pas été mis à jour sur l’extension de la trêve à Gaza jusqu’à sa violation par des tirs de roquettes auxquels Israël a décidé de répondre. Ils tiennent la plupart de leurs informations des médias.

Les responsables israéliens n’ont pas confirmé l’extension de la trêve dans des déclarations officielles, mais ont indiqué qu’un nouvel accord prendrait effet au cours de la nuit.

L’extension ne semble pas tenir, cependant. Plusieurs roquettes ont été tirées sur Israël peu de temps avant et après minuit par une faction inconnue de Gaza.

En réponse, Tsahal a frappé plusieurs cibles à Gaza, ce qui a conduit à une nouvelle salve de roquettes. Le Hamas nie toute responsabilité et accuse Israël d’avoir violé l’accord de trêve.