Les six monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont affirmé mercredi leur détermination à éradiquer « le terrorisme », au terme d’une réunion des ministres de l’Intérieur à Koweït.

Cette réunion s’est tenue après l’annonce par le Qatar de la fin de la crise l’opposant à trois de ses partenaires du CCG, qui l’accusaient de déstabiliser la région en soutenant la mouvance islamiste.

« Les ministres ont discuté de plusieurs questions de nature à renforcer l’action sécuritaire commune », a déclaré le chef du CCG, Abdellatif Zayani, cité par l’agence officielle koweïtienne Kuna.

Durant la réunion, à laquelle ont pris part le Premier ministre du Qatar, cheikh Abdallah Ben Nasser Ben Khalifa Al-Thani, également ministre de l’Intérieur, les participants ont exprimé leur « détermination à combattre et à éradiquer le terrorisme et à mettre leurs peuples à l’abri de son impact négatif, selon lui.

Le 23 avril, le ministre qatari des Affaires étrangères Khaled al-Attiyah avait annoncé la fin de la crise avec l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn, quelques jours après une réunion ministérielle à Ryad.

Le 5 mars, ces trois pays avaient rappelé leurs ambassadeurs à Doha -une démarche sans précédent – accusant le Qatar de s’ingérer dans leurs affaires et de déstabiliser la région.

Le Qatar était accusé par ses voisins de soutenir les islamistes proches des Frères musulmans dans les pays du Golfe, dont des dizaines ont été condamnés à la prison aux Emirats arabes unis, et de servir de refuge aux islamistes d’autres pays arabes.

Doha est également considéré comme l’un des principaux bailleurs de fonds des Frères musulmans en Egypte, alors que l’Arabie saoudite et le reste des monarchies du Golfe soutiennent les militaires égyptiens.

Le CCG comprend aussi le Koweït et Oman.