Les pourparlers entre Israël et le Hamas au sujet du retour de trois citoyens israéliens détenus à Gaza ainsi que le retour des dépouilles des deux soldats israéliens tombés au combat, Oron Shaul et Hadar Goldin, dont les dépouilles sont toujours retenues par le Hamas, ont été stoppées, ont révélé des sources palestiniennes de Gaza et des sources israéliennes au Times of Israël.

Les négociations auraient pris fin à cause de la condition préalable du Hamas selon laquelle Israël devrait libérer les Palestiniens libérés lors de l’échange de prisonniers de Gilad Shalit en 2011 qu’Israël a depuis arrêté à nouveau (en tant que mesure punitive lors de l’Opération Gardiens de nos frères en 2014) avant d’entamer les négociations pour la libération des citoyens israéliens et des dépouilles des soldats.

Le Hamas retiendrait Avraham Mengistu et Juma Ibrahim Abu Anima, deux Israéliens qui sont entrés à Gaza de leur propre chef, ainsi qu’un troisième civil israélien dont la présence à Gaza n’est pas confirmée. Le groupe terroriste islamiste détient également les corps des soldats de l’armée, Oron Shaul et Hadar Goldin, qui, selon l’armée, ont été tués pendant la guerre de Gaza de 2014.

Les responsables du Hamas disent qu’Israël retient 58 prisonniers parmi les plus de 1 027 qui ont été libérés dans le cadre de l’accord Shalit 2011.

Le soldat israélien Gilad Shalit libéré (deuxième à droite), avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu (deuxième à gauche), le ministre de la Défense de l'époque Ehud Barak (à gauche), et l'ex-chef d'état major, le lieutenant général Benny Gantz (à droite), à la base aérienne de Tel  Nof dans le sud d'Israël, le 18 octobre 2011 (Crédit : Ariel Hermoni / Ministère de la Défense / Flash90)

Le soldat israélien Gilad Shalit libéré (deuxième à droite), avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu (deuxième à gauche), le ministre de la Défense de l’époque Ehud Barak (à gauche), et l’ex-chef d’état major, le lieutenant général Benny Gantz (à droite), à la base aérienne de Tel Nof dans le sud d’Israël, le 18 octobre 2011 (Crédit : Ariel Hermoni / Ministère de la Défense / Flash90)

Diverses sources ont déclaré au Times of Israel que le gouvernement israélien a accepté de libérer les prisonniers du Hamas, mais seulement dans le cadre d’un accord global, et seulement s’ils n’ont pas été condamnés ou accusés d’avoir planifié ou tenté de nouvelles attaques terroristes.

Israël est également prêt à rendre les dépouilles des membres du Hamas en sa possession.

Oron Shaul, Hadar Goldin et Avraham Mengistu. (Crédit : Flash 90/Times of Israel)

Oron Shaul, Hadar Goldin et Avraham Mengistu. (Crédit : Flash 90/Times of Israel)

La position d’Israël a été transmise au Hamas par, entre autres, l’ambassadeur Mohammed al-Emadi, envoyé du Qatar dans la bande de Gaza. Des responsables du renseignement égyptien et des diplomates européens ont également participé aux tentatives de médiation.

Gershon Baskin, qui était en charge de la médiation entre Israël et le Hamas dans le passé et qui a négocié l’accord d’échange de prisonniers dans l’affaire Shalit, a rejoint l’effort de négociation. Baskin a confirmé sa participation au Times of Israel, mais a déclaré que les pourparlers ont stagné.

Israeli peace activist Gershon Baskin, November 14, 2012 (photo credit: Elhanan Miller/Times of Israel)

Israeli peace activist Gershon Baskin, November 14, 2012 (photo credit: Elhanan Miller/Times of Israel)

Baskin a déclaré que, bien qu’il ait transmis les messages qu’on lui a demandé de transmettre et qu’il est en contact avec le Hamas à Gaza et en Cisjordanie, il n’y a eu aucun progrès en la matière.

Des sources proches des négociations ont déclaré que les dirigeants du Hamas se rendent bien compte qu’ils ne peuvent pas s’attendre à obtenir autant de prisonniers qu’ils ont eu dans l’accord Shalit, mais qu’ils attendent tout de même qu’un nombre important soit libéré en échange du retour des trois citoyens qui sont entrés Gaza.

Dans le même temps, Israël semble prêt à libérer un petit nombre de prisonniers palestiniens, principalement ceux qui sont sur le point de finir de purger leur peine ou qui souffrent de graves problèmes de santé.