Les négociateurs Palestiniens et Israéliens présents au Caire sont tombés d’accord mardi pour poursuivre fin octobre leurs discussions indirectes pour une trêve durable dans la bande de Gaza, a annoncé un responsable du Hamas.

Le 26 août, Israéliens et Palestiniens étaient parvenus à un cessez-le-feu mettant fin à leur troisième guerre en six ans dans la bande de Gaza. Ils étaient convenus de renvoyer à un mois les négociations sur les questions de fond.

Le nouveau délai, annoncé mardi après une première séance de négociations organisée sous l’égide de l’Egypte, était prévisible en raison des fêtes religieuses musulmanes et juives qui auront lieu dans les jours à venir.

« Nous avons fini les négociations indirectes […], il a été décidé qu’elles reprendraient à la dernière semaine d’octobre », a annoncé sur son compte Facebook un haut responsable du mouvement islamiste Hamas qui fait partie de la délégation palestinienne, Ezzat al-Rishq.

Les représentants du mouvement du Fatah du président Mahmoud Abbas et du Hamas, qui forment la délégation palestinienne, vont cependant rester au Caire pour engager des discussions au sujet de leurs dissensions internes.

Ces négociations se sont tenues après que l’armée israélienne a annoncé avoir tué deux Palestiniens accusés d’avoir assassiné trois jeunes Israéliens en juin. Ce drame avait marqué le début du récent conflit meurtrier à Gaza, qui a fait en 50 jours près de 2.200 morts côté palestinien et plus de 70 côté israélien.

La délégation palestinienne a proposé que les discussions d’octobre soient centrées sur la reconstruction de Gaza, la construction d’un port et la rénovation de l’aéroport, a affirmé M. Rishq.

De son côté, Israël exige la démilitarisation de la bande de Gaza, une condition refusée par le Hamas.

Israéliens et Palestiniens avaient accepté de mettre fin au conflit à l’issue de négociations indirectes conduites sous l’égide de l’Egypte.

Réconciliés fin avril, le Fatah et le Hamas sont de nouveau à couteaux tirés. Abbas a menacé de faire voler en éclats le gouvernement d’indépendants formé en juin, accusant le Hamas de conserver un « gouvernement parallèle à Gaza ».

Les deux parties doivent s’entendre sur des questions aussi essentielles que la future gouvernance de la bande de Gaza et le versement des salaires des fonctionnaires de l’enclave.

Une conférence de donateurs internationaux doit avoir lieu le 12 octobre au Caire pour financer la reconstruction de Gaza, ravagée par l’offensive israélienne. Des experts palestiniens ont estimé à six milliards d’euros le coût de cette reconstruction.