Trois hommes ont été inculpés de meurtre dimanche pour la mort d’une femme de leur famille, une jeune femme bédouine qui, pensaient-ils, « déshonorerait » leur famille, a annoncé le ministère public.

Hanan al-Bahiri, 19 ans et récemment divorcée, avait disparu le 3 mai dans sa ville natale de Beer Sheva, peu de temps après s’être entretenue au téléphone avec sa mère et lui avoir dit qu’elle était en train de rentrer chez elle.

Sa mère avait signalé sa disparition, entraînant une enquête de la police qui a mené à l’arrestation de six membres de sa famille. L’un des suspects a finalement avoué les faits et a mené les agents vers le lieu où al-Bahiri a été enterrée, à proximité de l’une des maisons familiales.

La police a annoncé que deux des oncles de la victime, Sager et Yunes, ainsi que le fils de Yunes, Mahmad, avaient intercepté la jeune femme dans la nuit du 3 mai, l’interrogeant sur son divorce. Elle a été ensuite assassinée et enterrée.

Avant sa mort, la jeune fille de 19 ans avait été mariée à un homme handicapé. Orpheline de son père, elle devait, après le divorce, rembourser à sa famille le « prix de la mariée » traditionnel, , al-Bahiri avait alors commencé à travailler.

Ses oncles et ses cousins auraient été inquiets de son indépendance, pouvant l’amener à rencontrer des hommes, apportant le « déshonneur » sur la famille.

Après l’enlèvement et l’interrogatoire de la jeune fille, les trois hommes lui ont brisé la nuque puis ont brûlé son corps avant de l’enterrer, a annoncé la police.

Les procureurs de Beer Sheva devaient présenter dimanche les actes d’accusation des trois hommes.

Les suspects démentent toutes les accusations à leur encontre.