WASHINGTON – L’adoption au Sénat d’un projet de loi pour accroître le droit de regard du Congrès sur un accord nucléaire global avec l’Iran a été accueillie avec enthousiasme jeudi par un certain nombre d’organisations juives.

Alors que le Sénat a voté pour adopter la loi sur un droit de regard sur un accord sur le nucléaire iranien, un groupe de 150 membres de la Chambre des représentants a fait en sorte dans une lettre soutenue par JStreet que leurs voix soient également entendues dans leur soutien au président Barack Obama dans ses efforts pour parvenir à un accord diplomatique avec Téhéran.
 
Quelques instants après le passage de la proposition de loi par un vote de 98 contre 1, l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) a applaudi ce qu’il décrit être « l’adoption bipartite écrasante » de la proposition de loi, ajoutant que « cette importante législation fournit au Congrès un mécanisme pour affirmer son rôle historique de politique étrangère et examiner tout accord afin de s’assurer qu’il réponde aux objectifs des États-Unis ».

Le texte de loi, qui a joui d’un parrainage bipartisan, élargit le mandat de droit de regard du Congrès sur tout accord global conclu avec l’Iran sur son programme nucléaire. En plus de donner au Congrès l’option pour un vote d’approbation ou de désapprobation, il exige de l’administration de fournir des rapports trimestriels concernant la conformité de l’Iran avec les conditions de l’accord.

Dans un communiqué publié peu de temps après l’adoption du projet de loi, l’AIPAC a écrit qu’il « prie instamment la Chambre de prendre une action rapide sur la législation d’examen du Congrès et de l’envoyer au président pour qu’il la paraphe en tant que loi. » La version originale du texte faisait partie de la campagne de lobbying du mois de mars de l’AIPAC à la conclusion de la conférence nationale de l’organisation.

L’Union des Communautés juives orthodoxes d’Amérique et l’American Jewish Committee (AJC) ont également salué l’adoption par le Sénat du projet de loi.

« Cette loi assure la supervision indispensable d’un accord qui aurait un impact sur la sécurité des États-Unis, d’Israël et de la communauté internationale », a déclaré Nathan Diament, le directeur exécutif de l’Orthodox Union pour la politique publique. « Le Congrès a fixé les sanctions actuelles contre l’Iran, et seul le Congrès peut les enlever ».

« Un accord nucléaire prévu avec l’Iran, un pays qui est déjà une grave menace pour la sécurité régionale et mondiale, doit être soigneusement examiné avant qu’il ne soit finalisé », a écrit le directeur exécutif de l’AJC David Harris dans un communiqué.

« Le Congrès a joué un rôle vital dans l’édification du régime de sanctions qui a conduit l’Iran à négocier sérieusement, mais compte tenu des nombreuses questions sans réponse entourant l’accord émergent, et les préoccupations accrues des alliés des Américains dans la région, l’examen du Congrès est essentiel ».

Peu de temps après que le Sénat ait adopté la proposition de loi, JStreet a annoncé que 150 membres du Congrès avaient signé une lettre qui constituait une manifestation de soutien aux négociations de l’administration Obama en vue d’un accord nucléaire avec l’Iran.

La lettre a été rédigée par des représentants démocrates Jan Schakowsky, Lloyd Doggett et David Price, et a été signée par des démocrates de premier plan tels que la leader de la minorité, Nancy Pelosi.

« Alors que les négociations sur le programme nucléaire de l’Iran continuent, nous vous invitons à maintenir le cap, en se fondant sur l’accord-cadre annoncé récemment et à continuer à travailler sur un accord solide et vérifiable entre les 5+1 et l’Iran qui empêchera l’Iran d’avoir une arme nucléaire », lit-on dans la lettre.

« Nous vous félicitons et votre équipe de négociation, ainsi que nos partenaires de la coalition, pour les progrès importants accomplis à ce jour ».

La lettre fait écho aux arguments de l’administration selon lesquels l’alternative à des négociations pourrait être la guerre, et qu’une action militaire par les États-Unis ou Israël ne ferait que retarder – et ne détruirait pas – le développement nucléaire iranien.

« Nous devons offrir à notre équipe de négociation l’espace et le temps nécessaire pour construire sur les progrès réalisés dans l’accord cadre et le transformer en un accord à long terme et vérifiable » a continué la lettre.

« Si nous ne réussissons pas, le Congrès continuera à agir et à vous présenter des options supplémentaires pour s’assurer que l’Iran ne puisse pas acquérir une arme nucléaire. »

« Ce fort signal de soutien pour la diplomatie ne pouvait pas venir à un moment plus crucial et approprié. Les négociations pour passer de l’accord-cadre vers un accord final se déroulent sérieusement, alors que le Sénat envisage une législation qui officialiserait un processus d’examen prudent et raisonnable par le Congrès sur un tel accord », a déclaré Dylan Williams, le vice-président de JStreet pour les affaires gouvernementales.

« Cette lettre constitue un reproche décisif aux adversaires de la diplomatie qui tentent dangereusement de tuer les négociations et d’engager les États-Unis, nos alliés et la région sur la voie d’une autre guerre. »

JStreet a presenté la lettre comme l’accomplissement de ses efforts de lobbying lors de sa conférence de politique.

Encourager les représentants à signer la lettre de soutien avait été l’un des objectifs de la journée de lobbying de l’organisation à Washington.