Les organisations juives françaises et européennes accusent l’indifférence des électeurs devant le succès du parti d’extrême-droite, le Front National, aux élections municipales.

Onze membres du FN ont été élus au poste de maire lors des élections de dimanche, une augmentation inquiétante comparée aux quatre maires FN élus en 1997, selon le site d’actualités europe1.fr.

« Le message est fort et clair que l’électorat français ne prend pas la menace de l’extrême-droite au sérieux ou ne s’y intéresse pas, » a déclaré lundi le rabbin Pinchas Goldschmidt, le président de la Conférence des rabbins européens.

Des organisations juives et dirigeants de la communauté craignent la montée du FN en raison des penchants antisémites et xénophobes de certains membres du parti.

Parmi eux, se trouve Jean-Marie Le Pen, le fondateur et président honoraire du parti, et père de la présidente actuelle du parti, Marine Le Pen.

Jean-Marie Le Pen a été condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine raciale contre les minorités et pour négationnisme. « Ce résultat devrait alarmer l’Europe et le monde, que les politiques de la haine font un retour en force, » a déclaré Goldschmidt.

L’Union des étudiants juifs de France, l’UEJF, a indiqué dimanche dans un communiqué qu’il « regrette le succès du Front National dans tant de municipalités. »

L’union accuse, pour ce résultat, l’indifférence des électeurs et des autorités aux efforts des organisations telles que l’UEJF pour éviter la victoire du FN.

« C’est malheureusement à partir du refus d’adopter un Front Républicain [contre le FN] qui a permis au Front National de diriger la ville, » indique le communiqué.

« Il ne fait pas de doute que la plupart des spécialistes trouveront que le succès [du FN] est une manifestation contre les échecs perçus du [président français] François Hollande, mais il est certain que le taux d’abstention record de 38,5 % lui a profité, » a indiqué Goldschmidt.