Les Palestiniens n’ont pas l’intention de dissoudre l’Autorité palestinienne, a affirmé mardi le négociateur en chef Saeb Erekat, minimisant la menace de rendre à Israël la responsabilité d’administrer les Territoires en cas d’échec des pourparlers de paix.

« Aucun Palestinien ne parle d’une initiative de démanteler l’Autorité palestinienne », a déclaré à l’AFP, Erekat.

« Mais les démarches israéliennes ont annulé toute la portée légale, politique, sécuritaire, économique et opérationnelle des prérogatives de l’Autorité Palestinienne », a souligné M. Erekat.

L’équipe de négociateurs palestiniens aurait fait savoir la semaine dernière au médiateur américain Martin Indyk que les Palestiniens pourraient décider de démanteler l’Autorité dirigée par Mahmoud Abbas afin de faire porter à Israël la responsabilité de la gestion de leur territoire en tant que puissance occupante.

« Ce type de mesure extrême aurait évidemment de graves conséquences » sur l’avenir de l’aide financière américaine aux Palestiniens, a prévenu lundi la porte-parole du département d’Etat américain, Jennifer Psaki.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a pour sa part accusé l’Autorité palestinienne de nuire au processus de paix.

Les Palestiniens ont déjà évoqué la possibilité de dissoudre l’Autorité, créée à la suite des Accords d’Oslo (1993) pour administrer les zones autonomes des Territoires, mais c’est la première fois que la menace est brandie depuis la reprise des pourparlers de paix israélo-palestiniens sous l’égide du secrétaire d’Etat américain John Kerry en juillet dernier.

Ces négociations sont complètement bloquées et l’initiative de M. Kerry apparaît de plus en plus compromise.

L’Autorité palestinienne, soutenue par la communauté internationale, est confrontée en permanence à d’importantes difficultés financières et dépend, pour survivre, de l’aide étrangère.