Les Palestiniens se sont retirés d’un accord concernant l’achat du gaz naturel d’un champ gazier israélien, ont annoncé les compagnies en charge du champ mercredi.

Les propriétaires du champ gazier Léviathan ont précisé que Palestine Power Generation Compagny (PPGC) a annulé un accord signé en 2014. Selon les termes de cet accord, la compagnie palestinienne s’engageait à acheter 4.75 milliards de mètre cube de gaz pour un montant de 1,2 million de dollars sur 20 ans.

L’une des inquiétudes principales des Palestiniens était l’incapacité des propriétaires de Léviathan d’obtenir l’approbation de l’Autorité de la concurrence israélienne pour la production et le développement de holdings.

L’année dernière, un accord plus important avec les Jordaniens avait été annulé après que l’Autorité de la concurrence avait déclaré l’accord – qui aurait permis à Noble Energy et Israel Delek Group de développer les champs gaziers de Tamar et de Léviathan dans la mer Méditerranée – comme nul et non avenu car l’application de l’accord aurait constitué un cartel.

Selon Reuters, le PPGC veut construire une centrale qui coûtera 300 millions de dollars dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, et qui sera alimentée en gaz naturel.

Au début de ce mois, des représentants de Noble Energy étaient en Egypte pour des négociations sur les importations de gaz, selon des sources égyptiennes.

Léviathan, qui possède entre 16 et 18 billions de pieds cubes de gaz, a été découvert en 2010, à environ 130 kilomètres au large des côtes de Haïfa. Il aurait dû devenir opérationnel en 2016, mais une décision de l’Autorité de la concurrence a repoussé cette échéance de plusieurs années.

Israël a commencé à pomper du gaz naturel en mars 2013 du champ gazier de Tamar – découvert en 2009 et situé à quelque 90 kilomètres à l’ouest de Haïfa – qui a une capacité d’environ 8,5 billions de pieds cubes de gaz naturel.

Début septembre, Israël a signé un protocole d’entente avec la Jordanie pour fournir le royaume hachémite avec l’équivalent de 15 milliards de dollars de gaz naturel de son champ d’énergie Leviathan sur plus de 15 ans.

Toutefois, suite à l’annonce du régulateur de la concurrence, la Jordanie aurait suspendu les négociations jusqu’à nouvel ordre.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.