Les Palestiniens demandent à rejoindre Interpol
Rechercher

Les Palestiniens demandent à rejoindre Interpol

Ramallah dit que l'appartenance à l'organisation lui permettra de poursuivre des Palestiniens recherchés pour corruption en fuite à l'étranger

Une jeune policière palestinienne à un entraînement pour intégrerune force anti-émeute (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Une jeune policière palestinienne à un entraînement pour intégrerune force anti-émeute (Crédit : Abbas Momani/AFP)

L’Autorité palestinienne a fait une demande officielle pour adhérer à Interpol, l’organisation traquant la criminalité dans le monde entier, dans le cadre d’une série de mesures destinées à stimuler l’effort international de Ramallah pour être reconnu comme un Etat.
 
Selon les médias palestiniens, Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Rami Hamdallah a signé la demande puisqu’il remplit également le poste du ministre de l’Intérieur.

En faisant la demande pour rejoindre Interpol, dont Israël est également membre, les Palestiniens se sont engagés à maintenir le droit international et tous les règlements d’Interpol, selon un communiqué diffusé lundi soir par l’agence de presse officielle Wafa basée à Ramallah.

Selon Wafa, l’Autorité palestinienne prévoit d’utiliser l’adhésion à Interpol pour émettre des mandats d’extradition afin qu’elle puisse poursuivre des Palestiniens recherchés dans le monde entier pour des soupçons de crimes palestiniens internes tels que la corruption.

Ramallah avait précédemment demandé à adhérer à Interpol en 2011, mais n’avait alors obtenu que le statut d’observateur, car elle ne contrôlait pas ses frontières, selon le site d’information Maan basé à Bethléem.

Selon Maan, le responsable de ministère palestinien de l’Intérieur Ahmed al-Rabie avait déclaré en janvier que l’AP soumettrait à nouveau sa candidature dans le courant de 2011, afin de pouvoir combattre les crimes internationaux, le terrorisme, le blanchiment d’argent, la corruption, le trafic d’armes et la traite des êtres humains.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...