Les Palestiniens demanderont une reconnaissance internationale au Conseil de sécurité des Nations unies lundi, a déclaré le négociateur en chef palestinien Saeb Erekat dimanche.

Erekat a déclaré à Radio Palestine que la délégation palestinienne à l’ONU soumettra sa proposition pour fixer une date au retrait israélien des territoires palestiniens.

Les Palestiniens mènent une vaste campagne pour soumettre au Conseil de sécurité des Nations unies un projet de résolution qui fixerait un calendrier de deux ou trois ans pour un retrait israélien des frontières de 1967.

Cette initiative fait partie d’une série de mesures unilatérales de l’Autorité palestinienne pour obtenir une reconnaissance internationale, en dehors du cadre d’une solution négociée au conflit israélo-palestinien.

Plus tôt cette année, les Palestiniens ont signé plusieurs traités internationaux, ce qui a déclenché entre autres l’effondrement des pourparlers de paix israélo-palestiniens.

Le mois dernier, la Jordanie a fait circuler une proposition palestinienne au Conseil de sécurité, fixant novembre 2016 comme date-limite au retrait israélien de Cisjordanie.

Mais le texte a rencontré l’opposition des États-Unis, qui a un droit de veto, et d’autres pays qui estimaient qu’il manquait d’équité, ont indiqué des diplomates. Il n’a jamais été soumis au vote.

La France est intervenue le mois dernier pour essayer de bricoler avec la Grande-Bretagne et l’Allemagne une résolution qui remporterait le consensus du conseil de 15 membres.

Le texte exigerait un retour aux négociations pour parvenir à une solution à deux Etats.

Le négociateur palestinien et le chef du renseignement de l’Autorité palestinienne, Majed Faraj, se réuniront mardi à Rome avec le secrétaire d’Etat américain, John Kerry. Kerry doit se réunir lundi avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour discuter du conflit israélo-palestinien.

L’AFP a contribué à cet article.