Le cerveau suspecté derrière l’attaque terroriste mortelle en Cisjordanie du mois dernier était parmi les 1 027 détenus palestiniens libérés par Israël en échange de la libération de Gaza du soldat de forces armées d’Israël Gilad Shalit en 2011.

Dimanche, le Shin Bet a annoncé qu’il détenait quatre membres d’une cellule de sept membres du Hamas qui aurait ouvert le feu sur une voiture près d’une implantation de Shvut Rachel en juin, tuant Malachy Rosenfeld, âgé de 25 ans, et blessant trois autres personnes.

Rosenfeld était le sixième Israélien à être tué dans des attaques perpétrées ou planifiées par des Palestiniens libérés lors de l’accord Shalit en avril 2014.

Un des membres présumés de la cellule, Ahmad Najjar, un agent du Hamas qui aurait orchestré et financé l’attaque du tir depuis la Jordanie, a été appréhendé, déclare le service de sécurité. Avant d’être libéré dans l’échange de prisonnier Shalit, Najjar a passé huit ans dans une prison israélienne pour son implication dans des précédentes attaques terroristes qui avaient tué trois Israéliens.

Le réseau terroriste du Hamas en Cisjordanie est largement dirigé par d’anciens prisonniers sécuritaires basés à Gaza, ont annoncé les médias israéliens lundi.

Selon les termes de l’échange de 2011, la majorité des prisonniers originaires de la Cisjordanie ont été envoyés à Gaza où ils ont été capables d’exploiter leurs contacts avec la Cisjordanie pour faciliter les attaques.

Les prisonniers libérés en Cisjordanie ont également été impliqués dans des activités violentes contre les Israéliens, et l’Autorité palestinienne et les forces israéliennes de sécurité ont à nouveau arrêté des dizaines d’entre eux pour avoir participé des émeutes, avoir lancé des cocktails Molotovs et avoir financé le terrorisme.

L’arrestation de Najjar est un rappel du prix qu’Israël a payé pour la libération de Shalit, un scénario que les critiques de l’accord prévoyaient qu’il aurait lieu. Depuis 2014, six Israéliens ont été tués dans des attaques terroristes par des prisonniers palestiniens libérés lors de l’échange de prisonniers de Shalit.

En avril 2014, quelques heures après le Seder de Pessah, Baruch Mizrachi a été tué par balles dans une attaque sur une route près d’Hébron. Le surintendant de la police israélienne de 48 ans a été tué par Ziad Awwad, un agent du Hamas libéré dans l’échange de prisonniers.

Mahmoud Kawasame, un des agents du Hamas qui a enlevé et tué les adolescents israéliens Naftali Fraenkel, Gil-ad Shaar et Eyal Yifrach en juin 2014, dans un attaque choquante qui a constitué un des éléments de la guerre à Gaza un mois plus tard, avait aussi été libéré par Israël.

Kawasmeh était à l’origine emprisonné pour son implication dans un attentat suicide à la bombe à Beer Sheva qui avait tué 16 Israéliens. Il a finalement été tué par les soldats israéliens.

Osama As’ad, un trafiquant d’armes de 29 ans du camp de réfugiés de Qalandia en Cisjordanie, qui était emprisonné en Israël pour avoir vendu des armes utilisées dans des attaques et avait été libéré dans le cadre de l’accord Shalit, a été récemment arrêté à nouveau pour le meutre de Danny Gonen en Cisjordanie au mois de juin.

Plus tôt ce mois, le Premier ministre Benjamin Netanyahu abandonné une loi qui visait à instituer la peine de mort pour les terroristes condamnés, en partie dans un effort d’empêcher les futurs échanges de prisonniers.