Les Palestiniens exigeront qu’Israël soit suspendu de l’Association internationale de football, à moins que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne reconnaisse le statut de l’Association du football palestinien, a menacé lundi Jibril Rajoub, le président de cette même organisation.

« Si Netanyahu ne déclare pas qu’il est d’accord pour le statut que la FIFA nous a accordé, nous demanderons leur retrait au début de la Coupe du Monde au Brésil », a affirmé Rajoub au Times of Israel.

Les officiels du football palestinien se sont plaints depuis longtemps des restrictions israéliennes sur les déplacements à l’intérieur de la Cisjordanie et entre celle-ci et Israël, que Jérusalem maintient pour des raisons de sécurité.

En 2010, le refus d’Israël d’accorder les documents officiels à plusieurs joueurs aurait empêché l’équipe palestinienne de concourir aux matchs de qualification de la Coupe du Monde.

En 2013, les équipes d’Irak, de Jordanie et des Émirats arabes unis avaient eu du mal à entrer en Cisjordanie pour un tournoi de juniors.

Les responsables de la FIFA ont affirmé qu’ils voulaient voir résolue la question qui couve depuis longtemps. En février, l’Association du football palestinien avait fait savoir qu’elle chercherait à expulser Israël de la FIFA lors de son congrès, cet été à Sao Paolo, à moins que les conditions, selon elle, s’améliorent.

Les Palestiniens retiendraient leur appel à la FIFA si Netanyahu reconnaît le statut de l’Association palestinienne de football en tant que membre de la FIFA, ainsi que son droit d’être membre de l’AFI [Association de football d’Israël], selon Rajoub.

Rajoub a également déclaré que le président de l’AFI Avi Luzon lui avait confié en privé qu’il n’avait pas le pouvoir de fixer la situation, mais qu’il avait ajouté que les chances de l’Association du football palestinien de pouvoir rentrer en négociation avec la FIFA étaient « très bonnes ».

Cependant, le PDG de l’AFI Rotem Kemer a déclaré en avril, lors d’un congrès européen de football au Kazakhstan, qu’il doutait qu’Israël soit sanctionnée, et que son association fournissait les efforts requis pour résoudre le problème.

Kemer soutient en outre que les Palestiniens ne devraient pas chercher à expulser Israël des institutions mondiales du football, car « cela n’a jamais été la politique de la FIFA ni de l’UEFA de mélanger la politique et le sport ».