Malgré le fait que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a condamné l’enlèvement la semaine dernière des trois adolescents israéliens, et que ses forces de sécurité aident l’armée israélienne dans leurs efforts, un soutien populaire pro-enlèvement continue de proliférer dans les médias sociaux palestiniens.

Le hashtag « trois Shalit » est apparu en ligne presque aussi rapidement que #BringBackOurBoys. Les Palestiniens postent des photos d’eux-mêmes faisant un signe de la victoire à trois doigts, parfois avec les mots « trois Shalit » écrits sur leurs mains.

Le nouveau signe de la victoire est rapidement devenu un symbole de défi palestinien tandis que l’armée israélienne étend son opération à travers la Cisjordanie.

Al-Qods, une agence de nouvelles palestinienne, a publié un article mercredi, décrivant les moyens créatifs utilisés par les Arabes dans leur campagne de soutien : photographies personnelles, utilisation d’haricots pour former des mots, ou même messages dessinés sur une plage libyenne.

Tweeted by Al Quds, Palestine

« La campagne a lancé le slogan ‘trois Shalit’ en signe de soutien à la capture des soldats de l’occupation israélienne et de leur échange contre des détenus palestiniens des prisons israéliennes », dit l’article. « Si elle contient des messages palestiniens, la campagne a gagné d’autres pays arabes, ainsi que des ex-patriotes arabes et palestiniens à travers le monde. »

A caricature by Omayya Joha published on Facebook Tuesday photo credit: Facebook image

Sur Twitter, un commentateur écrit : « Nous ne savons plus si les Hébronites ont vraiment enlevé les trois Israéliens ou si c’est un mensonge israélien. J’espère que c’est vrai. » Un autre : « Les habitants de Hébron pourraient cacher un shekel et seul Dieu saura où il se trouve. Alors à plus forte raison pour trois chiens colons. »

Le nouveau salut n’est pas sans rappeler le geste de la main à quatre doigts utilisé par les partisans des Frères musulmans en Egypte après l’éviction du président Mohamed Morsi en juin dernier, connu comme le signe Rabia.

La musique est également utilisée pour exprimer la joie palestinienne devant les enlèvements. Un clip humoristique intitulé « La capture des Shalits », par Abdul Rahman Al-Qaryouti, a été téléchargé sur YouTube lundi, recueillant plus de 7 000 vues.

« Avant nous avions un Shalit, aujourd’hui nous avons une poignée de Shalits », disent les paroles. « Le sioniste de Cisjordanie est complètement perdu… Nos héros ont marché sur ses soldats. La victoire est en route, ô prisonniers, le salut est proche, ô prisonniers. »

Certains sites web, cependant, ont posté des photos de saluts présentés comme pro-enlèvement, mais qui auraient précédé le kidnapping ou/et n’y seraient pas reliés. Ce post largement diffusé sur Facebook, par exemple, a été initialement publié le 15 janvier 2014.

Les campagnes populaires sont le résultat d’une « impulsion plus émotionnelle que rationnelle », a déclaré le politologue basé à Ramallah Samih Hamoudeh de l’Université de Bir Zeit.

« Selon le sentiment général, Israël ne répond qu’à la force et la question des prisonniers ne trouvera aucune solution [politique] », a-t-il affirmé au Times of Israel, se référant aux détenus administratifs palestiniens dans les prisons israéliennes.

« Il provient d’une frustration devant le gouvernement Netanyahu et son attitude de rejet concernant les prisonniers, notamment son refus de libérer le dernier lot de prisonniers palestiniens [dans le cadre des pourparlers de paix avec Israël]. »