Les quatre principaux partis arabes israéliens feront pour la première fois liste commune aux législatives anticipées du 17 mars, ce qui pourrait dynamiser la participation au vote de la population arabe israélienne.

Les Arabes israéliens représentent un Israélien sur cinq.

Les partis arabes israéliens totalisent 12 sièges (sur 120) dans la Knesset sortante. Ils menaçaient de ne plus en avoir un seul après les prochaines élections, à cause d’une nouvelle loi relevant de 2% à 3,25% le nombre de votes nécessaires pour être représentés au Parlement.

Les partis Balad, Hadash (parti judéo-arabe communiste), le Mouvement arabe pour le Renouveau et le Mouvement Islamique ont donc décidé de mettre de côté leurs divergences politiques et religieuses le temps de la campagne. Ils ont annoncé leur accord dans la nuit de jeudi à vendredi.

Avec une liste commune, la participation des Arabes israéliens, traditionnellement plus faible que celle de l’ensemble de la population, pourrait s’établir à 66 %, selon une étude publiée par le politologue Aasi Atrash, de l’institut Yaffa.

Aux dernières législatives de 2012, le taux de participation des Arabes israéliens avait été de 56 % et celui de l’ensemble de la population de 67 %.

Aucun parti arabe n’a jamais participé à une coalition gouvernementale depuis la création en 1948 de l’Etat d’Israël.