Deux membres fondateurs des Pink Floyd ont exhorté les Rolling Stones à annuler un concert en Israël. Roger Waters et Nick Mason ont lancé cet appel dans un éditorial publié jeudi sur le site salon.com.

« Jouer en Israël aujourd’hui, c’est comme jouer à Sun City (station balnéaire prisée d’Afrique du Sud) au moment le plus fort de l’apartheid » ont écrit les deux hommes qui se présentent comme les « deux membres fondateurs survivants de Pink Floyd ».

Leur édito précise que « les Rolling Stones vont jouer leur premier concert en Israël à une période critique pour la lutte des Palestiniens pour leurs libertés et pour leurs droits ».

Les Stones doivent donner leur concert au Parc HaYarkon de Tel Aviv le 4 juin.

Waters est un partisan de longue date du mouvement BDS qui vise à boycotter Israël.

Au cours de l’année passée, plusieurs groupes de pression de la communauté juive comme la Ligue Anti-Diffamation (ADL) l’ont accusé d’antisémitisme. Ce qu’il a toujours nié. Au cours de ses concerts, Waters a utilisé un ballon en forme de cochon flanqué d’une étoile de David.

Le Centre Simon Wiesenthal a estimé que ce cochon était un symbole de la « haine du Juif » mais l’ADL, quant à elle, a affirmé que cela était destiné à faire du bruit et pas forcément marqué par une connotation antisémite.

Waters a affirmé que l’étoile de David voulait signifier, pour lui, l’oppression israélienne et pas le judaïsme dans son ensemble. Il a plus tard affirmé que « le lobby juif est extrêmement puissant et en particulier dans le milieu dans lequel je travaille, le milieu musical ainsi que dans le rock en général ».

A la suite de ces affirmations, le Directeur de l’ADL Abe Foxman a estimé en décembre que « par ses remarques péremptoires, Waters utilise les thèmes classiques antisémites liés au complot, et cela s’est finalement généralisé dans tous ses discours ». Et Foxman d’ajouter « combien il est triste qu’un génie de la musique comme Waters puisse avoir autant de préjugés ».

Une porte-parole du mouvement BDS a fait pression sur les Rolling Stones au mois de mars pour annuler leur concert arguant du fait que le groupe avait fait partie des opposants à la ségrégation raciale en Afrique du Sud, et qu’Israël pratiquait également l’apartheid.