Les services pénitentiaires d’Israël auraient assoupli leurs directives strictes en matière de menottage de prisonniers et de détenus. Les policiers pourront maintenant décider eux-mêmes si le danger posé par le détenu nécessite de le menotter.

Les règles du service des prisons, établies suite à des évasions de prisonniers, imposent le menottage de tous les détenus.

La décision du chef du service, Ofra Klinger, d’assouplir les règles a été prise suite à l’arrestation en août des manifestants Eldad Yaniv et Menny Naftali, qui ont été menottés même après qu’un juge a ordonné leur libération, a annoncé la Deuxième chaîne dimanche.

Yaniv et Naftali sont les organisateurs des manifestations qui ont lieu toutes les semaines pour demander la mise en examen du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans plusieurs affaires de corruption. Leur arrestation et leur apparition menottés dans une salle d’audience en public ont créé un tollé.

Meni Naftali et Eldad Yaniv devant la cour des magistrats de Petah Tikvah, le 20 août 2017. (Crédit :  Roy Alima/Flash90)

Meni Naftali et Eldad Yaniv devant la cour des magistrats de Petah Tikvah, le 20 août 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)

Selon les nouvelles directives, les policiers auront l’autorité de décider s’il est ou non nécessaire de menotter un prisonnier ou un détenu quand il est en dehors de la prison, en fonction du danger potentiel posé par l’individu pour les personnes qui l’entourent, et du risque d’évasion.

Selon la Deuxième chaîne, la police israélienne s’est opposée à la décision des services pénitentiaires et recommandait la conservation des directives en vigueur.