Cela a pris un peu plus longtemps qu’ailleurs, mais Israël a rattrapé le reste du monde dans l’achat en ligne – dans la mesure où les Israéliens sont maintenant en troisième place par tête d’habitant pour les achats internationaux sur le net

72 % des consommateurs israéliens ont acheté quelque chose en ligne dans l’année dernière, et pour 82 % d’entre eux sur un site web en situé dehors d’Israël – avec près de la moitié de ces achats effectués sur eBay.

Ces statistiques font partie d’une nouvelle étude publiée cette semaine par la plate-forme de paiements internationaux PayPal, qui permet aux consommateurs de faire des achats en ligne sans révéler les détails de leur carte de crédit.

L’étude a été menée dans 22 pays par le cabinet international de recherche Ipsos MORI pour le compte de PayPal. Les résultats ont été présentés par Efi Dahan le directeur de PayPal pour Israël et l’Afrique, et par le Dr Amir Etzioni de l’Association israélienne d’Internet (ISOC).

Pour les Israéliens, les statistiques montrent qu’il y a une raison impérieuse d’acheter à l’étranger en ligne : le prix.

50 % des acheteurs en ligne ont cité le coût comme principale raison d’acheter en ligne, tandis que 31 % ont dit qu’il leur était plus pratique de commander à partir d’un site web que de se traîner jusqu’à un magasin.

Même parmi les 28 % des Israéliens qui achètent uniquement sur les sites locaux, près de quatre sur dix disent qu’économiser de l’argent est le facteur le plus important dans leur décision d’achat.

Les sources les plus populaires pour les commandes des Israéliens sont la Chine et les États-Unis ; 57 % des Israeliens achetant à l’étranger ont dit avoir commandé quelque chose d’un site de l’un – ou des deux – de ces pays l’an dernier.

Les chiffres si élevés présentant les USA comme une source d’achats privilegiée sur Internet sont un peu déroutants; contrairement à la Chine, où de nombreux sites offrent la livraison gratuite dans le monde entier, les sites populaires aux États-Unis comme Amazon, Gap,Land’s End, et d’autres facturent une somme importante pour les frais de port. Souvent, dit Dahan, l’acheteur va choisir un article pour 5 dollars, et dépenser 20 dollars pour l’expédition.

Selon l’étude, 52 % des Israéliens hésitent à commander en ligne en raison du coût élevé du transport – une statistique qui s’applique clairement à des sites comme Amazon, qui a un coût de base pour les expéditions internationales, auquel s’ajoute des coûts supplémentaires en fonction du poids de l’article.

De plus, l’étude montre que seulement 8 % des Israéliens achetent en Allemagne, où Amazon a également un site – et d’où le coût de l’expédition serait probablement moindre, car il est plus proche d’Israël.

Pas nécessairement, dit Dahan. « Il est vrai que l’expédition aérienne depuis les États-Unis est chère, mais certains sites offrent la voie maritime. Cela prend beaucoup plus de temps, mais cela revient beaucoup moins cher. Mais les Israéliens achètent même des sites américains qui n’offrent pas de transport bon-marché : Même avec les frais de transport, le prix de nombreux articles qu’ils achètent à partir de sites américains est inférieur à celui pratiqué en Israël ».

Outre le port, les Israéliens ont répondu qu’ils hésitaient à commander en ligne parce qu’ils n’étaient pas au fait des droits de douane. En effet, il y a encore beaucoup de confusion à propos de ce que les Israéliens ont à payer quand ils commandent à l’étranger.

Dahan explique : « Selon les nouvelles règles adoptées par le gouvernement l’année dernière, les articles de 75 dollars ou moins sont exonérés de toute taxe. Toutefois, les acheteurs d’un article d’une valeur de 75 à 500 dollars doivent payer la TVA d’un montant de 18 % s’il est repéré par les autorités douanières.

Selon de nombreuses sources, le personnel de douane n’inspecte qu’un colis sur cinq, donc il y a une probabilité de 80 % que la taxe ne soit pas appliquée.

Le coût de l’expédition, en plus de la question de la TVA, a en effet eu une grande influence sur les achats sur Internet. Les articles les plus populaires commandés par les Israéliens, sont en général légers et relativement peu coûteux – comme des vêtements, des chaussures, des bijoux, des petits appareils électroniques et des produits cosmétiques.

Selon les statistiques, 57 % des Israéliens ont commandé en ligne des vêtements et des accessoires Mais beaucoup moins d’entre eux ont acheté des objets plus chers et plus volumineux, tels que des appareils électroménagers, des meubles et des équipements de sport ou de plein air.

Le site de shopping le plus populaire pour les Israéliens était, de loin, eBay, le site d’enchères international, où des marchands indépendants du monde entier vendent à peu près tout ce qui est imaginable. 48 % des achats sont effectués sur eBay, suivi loin derrière par le site chinois AliExpress qui représente 19 % des achats.

Et, comme les commanditaires de l’étude l’avaient espéré, PayPal s’est avéré être la méthode de paiement la plus populaire auprès des Israéliens.

59 % des personnes interrogées ont dit qu’un moyen de paiement sécurisé était un facteur important dans leurs décisions d’achat, et qu’ils utilisaient PayPal dans 77 % de leurs achats en ligne. Cela rend Israël – avec l’Espagne, l’Italie et l’Australie – l’un des meilleurs clients de PayPal dans le monde.

Cela convient très bien à PayPal, dit Dahan : « La technologie est en train de changer les habitudes d’achat des consommateurs et un avantage majeur du commerce en ligne est en son pouvoir de brouiller les frontières physiques et de permettre à chacun de commander facilement – de n’importe où dans le monde et d’un simple clic ».

« Notre recherche montre, » poursuit Dahan, « qu’Israël est l’un des pays les plus avancés dans l’utilisation de la technologie en général et des services de PayPal en particulier. Les Israéliens ont adopté des habitudes d’achat intelligentes qui leur permettent d’économiser de l’argent tout en ayant une sécurité maximale ».