Les rebelles blâment le régime syrien et l’Iran pour l’absence « de progrès tangibles »
Rechercher

Les rebelles blâment le régime syrien et l’Iran pour l’absence « de progrès tangibles »

Cependant, le chef de la délégation des rebelles s'est réjoui d'avoir pu exposer le point de vue des rebelles aux Russes

De gauche à droite : Le vice-ministre adjoint de la diplomatie turque, Sedat Onal, l'envoyé spécial de la Russie pour la Syrie Alexander Lavrentiev, le ministre kazakh des Affaires étrangères Kairat Abdrakhmanov, l'envoyé syrien Staffan de Mistura et le ministre adjoint des Affaires étrangères Hossein Jaber Ansari posent après l'annonce d'une déclaration finale sur la Syrie À Astana le 24 janvier 2017 (Crédit : AFP PHOTO / Kirill KUDRYAVTSEV)
De gauche à droite : Le vice-ministre adjoint de la diplomatie turque, Sedat Onal, l'envoyé spécial de la Russie pour la Syrie Alexander Lavrentiev, le ministre kazakh des Affaires étrangères Kairat Abdrakhmanov, l'envoyé syrien Staffan de Mistura et le ministre adjoint des Affaires étrangères Hossein Jaber Ansari posent après l'annonce d'une déclaration finale sur la Syrie À Astana le 24 janvier 2017 (Crédit : AFP PHOTO / Kirill KUDRYAVTSEV)

Le régime syrien et l’Iran sont responsables de l’absence de « progrès tangibles » dans les négociations pour un règlement du conflit syrien, a déclaré à l’AFP Mohammad Allouche, le chef de la délégation rebelle à Astana.

« Jusqu’à présent, il n’y a eu aucun progrès tangibles dans les négociations en raison de l’intransigeance de l’Iran et du régime » syrien, a accusé M. Allouche au terme des deux jours de négociations de paix d’Astana, au Kazakhstan.

Il s’est félicité d’avoir pu exposer « directement » aux Russes, lors de ces négociations, le point de vue des rebelles armés sur le règlement du conflit syrien.

« Nous avons confirmé la volonté des rebelles de mettre fin à l’effusion du sang en Syrie et leurs efforts visant à trouver une solution », a précisé M. Allouche.

Les rebelles ont également soumis « un document, qui doit être examiné par les Russes et l’ONU, sur la mise en place des mécanismes visant à renforcer le cessez-le-feu », selon la même source.

« S’il est approuvé, ce sera un très bon résultat en vue du renforcement du cessez-le-feu », a estimé M. Allouche.

Il a toutefois appelé la Russie à s’engager davantage dans le règlement du conflit syrien.

« Pour l’heure, ce n’étaient que des promesses. Nous nous attendons à ce que le rôle (de la Russie, ndlr) devienne vraiment positif », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...