Au moins 120 combattants du Hezbollah auraient été tués lors d’affrontements entre les rebelles syriens et les troupes du gouvernement près de Damas, selon un groupe de l’opposition.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, quelque 120 combattants du groupe chiite terroriste ont été tués dans la ville de Yabroud, que les forces du gouvernement syrien tentent de reprendre aux rebelles. Yabroud est située près de la frontière syro-libanaise.

La télévision syrienne affirme que les forces du gouvernement ont tué 15 rebelles et en ont blessé au moins 70.

Il s’agit de la plus grande perte humaine pour le Hezbollah, depuis qu’il s’est engagé dans la guerre il y a un peu plus d’un an pour soutenir les troupes du président syrien Bachar el-Assad.

Le Hezbollah se serait impliqué à la demande de l’Iran, considéré comme un Etat-providence pour la Syrie comme pour le Hezbollah.

La ville de Yabroud est considérée comme un repaire des rebelles et se situe sur une route d’approvisionnement dans les montagnes de Qalamoun, entre la frontière libanaise et la capitale syrienne, Damas.

La ville est la cible de raids aériens du régime depuis plusieurs semaines. Le Hezbollah se serait rendu dans la région pour aider les troupes du régime.

Le document de l’Observatoire n’indiquait pas quand les membres du Hezbollah ont été tués et le nombre de morts n’a pas pu être confirmé par des sources indépendantes.

Selon le quotidien libanais Daily Star, le Hezbollah a récemment affirmé que 15 de ses combattants étaient morts alors qu’ils accomplissaient leur « devoir djihadiste, » en mars.

L’article citait un site Internet lié au Hezbollah qui affirmait, le 7 mars, que la milice chiite libanaise a perdu 40 soldats pendant le siège de Yabroud qui a duré un mois.

La télévision pro-rebelle Al-Gad a annoncé qu’au moins 200 soldats du gouvernement et du Hezbollah avaient trouvé la mort lors de la bataille pour récupérer Yabroud dans les dernières semaines.

Le Hezbollah a perdu plusieurs combattants dans la guerre civile qui ravage la Syrie, en faveur de son allié, Bachar el-Assad.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme affirme que depuis que l’organisation s’est engagée dans la guerre en fin 2012, elle aurait perdu 275 hommes.

La guerre civile qui dure maintenant depuis trois ans a tué plus de 140 000 personnes et forcé des millions de civils à fuir leur pays.