L’agence d’espionnage britannique MI6 serait engagée dans des entretiens avec le régime du président syrien Bashar el-Assad depuis de longs mois, dans le cadre des préparatifs de la campagne militaire occidentale menée contre le groupe de l’Etat islamique.

A Damas, des agents secrets s’entretiennent avec des membres du réseau de renseignements d’Assad et des diplomates syriens, malgré une récente déclaration du ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, selon laquelle un pacte avec le dictateur ne serait pas « réalisable, sensé ou utile », rapporte le journal Mirror.

Les États-Unis ont également nié toute coordination avec le gouvernement syrien ou avec son proche allié iranien sur l’opération aérienne menée contre l’Etat islamique, qui contrôle une large bande de territoire en Syrie et en Irak et y a déclaré un califat islamique, exécutant des milliers de personnes durant le processus.

« Nous avons averti la Syrie de ne pas utiliser d’avions américains », a déclaré la porte-parole du Département d’Etat Jen Psaki mardi. « Nous n’avons pas demandé la permission du régime. Nous n’avons pas coordonné nos actions avec le gouvernement syrien. »

Les décapitations de trois citoyens américains et britanniques au cours des six dernières semaines, ainsi que les actions brutales de l’État islamique contre d’autres groupes religieux et ethniques au nord de l’Irak, ont conduit les Etats-Unis à former une coalition internationale pour lutter contre lui.

« Il est logique que le MI6 essaie de réaliser une percée avec Assad en s’adressant à son peuple, d’abord par voie de procuration, via d’autres pays arabes, puis directement, » a révélé une source anonyme au Mirror.

« Peut-être n’y a-t-il pas de réunions avec Assad en personne, mais dans le double langage des relations extérieures, il est tout à fait normal pour eux de s’entretenir avec ses haut placés. Il serait stupéfiant que les services de renseignement britanniques ne parlent pas aux hommes d’Assad. Les entretiens à l’intérieur de la Syrie représentent une valeur inestimable pour la sécurité de la Grande-Bretagne, » a précisé la source.

D’après l’article, la Grande-Bretagne estime que les agents d’Assad pourraient posséder des informations sur les ressortissants britanniques retenus en captivité par l’Etat islamique.