Les résidents de l’implantation de Gush Etzion se sont réunis la nuit de mercredi pour une session de chants, de solidarité et de prière pour la libération des trois étudiants de la yeshiva qui ont été enlevés par des Palestiniens dans la région.

Pour la deuxième nuit consécutive, les résidents se sont rassemblés pour montrer leur soutien à Nafatali Fraenkel, Gil-ad Shaar et Eyal Yifrach et à leurs familles.

« Nous nous sommes assemblés ici pour montrer notre soutien à Gil-ad, Eyal, et Nafatli, et pour que les familles sachent à quel point les résidents de Gush Etzion les aiment », ont déclaré Yishai Hughes, Dani Eisenstock et Hillel Porath, des résidents d’Efrat et coorganisateurs du rassemblement.

« Nous avons été profondément inspiré par les parents des garçons, qui par leur exemple, nous ont tous renforcés pou continuer à espérer, prier et nous ont unifié autour d’un but commun. On demande aux Juifs d’Israël et de la diaspora de continuer à nous témoigner de leur attention et leur préoccupation pour les garçons et leurs familles, pour garder l’espoir vivant ».

Hughes, Eisenstock et Porath ont souligné la signification du rassemblement de la nuit dernière car il a eu lieu exactement deux semaines après l’enlèvement. « Alors que le temps nous fait oublier le traumatisme initial de l’enlèvement des garçons, on doit faire un effort en plus pour aller à l’encontre de l’inclination naturelle, à la complaisance et l’apathie ».

Un camarade de classe et un ami proche de Shaar et Fraenkel qui était aussi présent, David Taragin, a remercié la société « religieuse et laïque » d’Israël pour le soutien que lui et ses camarades de classes ont reçu pendant ce calvaire qu’ils vivent depuis l’enlèvement. Il a aussi remercié ceux qui soutenaient les familles, les amis et les êtres chers des étudiants.

Les organisateurs ont déclaré dans un communiqué jeudi qu’ils comptaient organiser des rassemblements similaires à celui du carrefour de Gush Etzion jusqu’à ce que les trois soient libérés.