Le soutien de la Cisjordanie au Hamas, en particulier parmi les jeunes Palestiniens, était clairement manifeste lors d’un service commémoratif récent dans le camp de réfugiés de Jénine pour les membres du Hamas et du Jihad islamique tués dans un raid des forces israéliennes il y a deux mois.

« Nous vivons entre deux guerres – avec Israël et avec [l’Autorité palestinienne] », a déclaré un des jeunes du camp à un reporter de la Deuxième chaîne. « Il est préférable d’avoir un problème avec Israël plutôt qu’avec l’Autorité. Israël est un ennemi que nous connaissons
bien ».

Jénine a longtemps été un bastion de soutien au Hamas en Cisjordanie, et les résidents se sont rendus en masse à la commémoration pour honorer Hamza Abu al-Hija, un membre du Hamas recherché qui a été tué dans une fusillade lors d’un raid par des forces israéliennes en mars.

Ont egalement été tués dans le raid les opératifs du Jihad islamique Mahmoud Abu Zeina, 25 ans, et Yazen Jabarin, 22 ans, membre de Brigades des Martyrs al-Aqsa du Fatah.

L’armée israélienne a déclaré qu’Abu al-Hija, le fils d’un chef du Hamas qui a été incarcéré pour son implication dans au moins six attentats meurtriers en Israël, a été tué après avoir ouvert le feu sur les forces qui avaient entouré la maison où il était, et qu’il était « recherché pour de nombreux tirs et bombardements ainsi que la planification de futurs actes de terrorisme ».

Un média basé à Gaza associé avec le Hamas a tweeté peu après la mort d’Abu al-Hija que les sources ont affirmé que le défunt était « en train de préparer une opération de grande envergure » contre Israël.

Al-Hija a été détenu par les forces de sécurité palestiniennes plus de 20 fois avant le raid, et le Hamas a répondu à sa mort en accusant l’Autorité palestinienne d’avoir collaboré avec Israël durant l’opération.

Les membres du Hamas et du Jihad islamique ont été accueillis par des acclamations, selon un reportage de la Deuxième chaîne, alors qu’ils entraient en scène, armés de fusils, pour s’adresser à la foule.

« Nous nous battons parce qu’il n’y a pas de paix », un militant, qui a tiré en l’air avec son fusil, a déclaré. « Avec les Israéliens juifs, il n’y aura la paix par que le fusil. Nous ne parlerons avec les Israéliens seulement comme ceci et c’est seulement comme cela que nous libérerons notre terre, avec l’aide d’Allah ».

Les membres du Hamas et du Jihad islamique ont encouragé les habitants de Jénine à s’unir derrière eux contre Israël.

« Celle qui a tué nos militants est l’occupation », a crié un homme, tandis que les hommes armés autour de lui tiraient en l’air. « Nous allons nous venger de cette occupation grâce à notre unité ».

Leur message semble avoir une résonnance auprès des jeunes du camp.

« Je veux mourir dans une guerre avec l’armée [israélienne] parce qu’ils ont tué mon oncle et nous voulons libérer la Palestine », a déclaré un garçon de huit ans portant une arme improvisée.

Cependant, la génération plus âgée ne semble pas être aussi désireuse de faire avancer la lutte. Un résident Jénine Abu Qassam, qui était un membre recherché de la branche militaire de la brigade des martyrs d’Al-Aqsa du Fatah pendant des années avant qu’il ne soit gracié, a affirmé avoir renoncé à toute activité terroriste pour se concentrer sur ses enfants.

« En fin de compte, j’ai 40 ans, j’ai des enfants que je veux élever et soutenir financièrement », a-t-il déclaré à la Deuxième chaîne.