Les sanctions imposées ces dernières années contre l’Iran à cause de son programme nucléaire controversé seront levées au fur et à mesure si le pays respecte ses engagements dans le cadre de l’accord final censé être conclu d’ici fin juin avec les grandes puissances.

Selon cet accord, les Etats-Unis et l’Union européenne vont lever toutes les sanctions après que l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA) aura vérifié que l’Iran a pris les mesures prévues par l’accord final pour limiter les différents aspects de son programme nucléaire.

L’Iran accepte dans son accord cadre avec les grandes puissances de limiter fortement son programme nucléaire pour mettre hors de portée la bombe atomique, a déclaré jeudi à Lausanne le Secrétaire d’Etat américain John Kerry.

Les stocks d’uranium seront réduits de 98% pendant 15 ans, le site souterrain de Fordo sera transformé et ne fera plus d’enrichissement d’uranium, alors que le réacteur à eau lourde d’Arak sera également modifié pour ne plus produire de plutonium, a expliqué aux journalistes M. Kerry.

« En réponse à la future coopération de l’Iran, nous et nos partenaires de la communauté internationale, nous allons lever, par étapes, les sanctions qui ont touché l’économie de l’Iran », a déclaré le Secrétaire d’Etat John Kerry.

« L’Union européenne va cesser l’application des sanctions économiques et financières liées au nucléaire », a déclaré Federica Mogherini, la chef de la diplomatie de l’Union européenne.

Elle a ajouté que les Etats-Unis « vont arrêter l’application de toutes les sanctions économiques et financières liées au nucléaire simultanément à l’application, sous vérification de l’AIEA, par l’Iran de ses engagements nucléaires ».

Le Conseil de sécurité des Nations unies adoptera une nouvelle résolution qui endossera l’accord final et annulera toutes les résolutions passées liées au nucléaire.

La nouvelle résolution incorporera certaines mesures restrictives pour une période de temps agréée mutuellement.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, qui avait la mission de conclure un accord sur le nucléaire et obtenir la levée des sanctions, jubilait jeudi.

« Les effet de cela, lorsque nous appliquerons nos mesures, sera qu’il n’y aura pas de sanctions contre la République islamique d’Iran », a déclaré M. Zarif.

« Je pense que cela sera un pas en avant important. Nous avons arrêté un cycle qui n’était dans l’intérêt de personne », a-t-il ajouté.

Les sanctions ont poussé l’Iran à venir à la table des négociations, en visant le secteur pétrolier iranien avec une chute de plus de 50 % de ses exportations pétrolières et en gelant plus de 100 milliards de dollars de ses revenus pétroliers, notamment. Mais elles sont en même temps l’une des questions les plus difficiles à résoudre dans les négociations.

« Si nous découvrons que l’Iran n’a pas respecté ses engagements, les sanctions seront rétablies très vite », a déclaré M. Kerry.

La nouvelle résolution, que le Conseil de sécurité doit voter, mettra en place les moyens d’assurer la transparence et incorporera d’importantes restrictions sur les armes conventionnelles et balistiques, a assuré le Département d’Etat.

Les Républicains américains ont rejeté la levée des sanctions et ont même menacé d’imposer de nouvelles mesures punitives contre l’Iran à cause de son programme nucléaire.