Les sirènes d’alerte ont retenti dans le nord du plateau du Golan, mardi, alors que deux roquettes tombaient dans la région contrôlée par Israël, en provenance de la Syrie.

On a signalé ni blessés ni dommages.

Au moins une roquette a explosé sur un terrain situé près du Kibboutz El-Rom, près de la frontière avec la Syrie.

L’armée israélienne a confirmé que deux roquettes sont tombées dans le nord du plateau du Golan et un porte-parole a indiqué que les pistes de ski du mont Hermon avaient été évacuées.

L’incident a eu lieu alors que les tensions se sont ravivées dans le nord d’Israël suite à une frappe aérienne supposément israélienne de l’autre côté de la frontière qui a éliminé un général iranien, un commandant du Hezbollah et au moins dix autres personnes.

L’armée israélienne a considérablement renforcé sa présence en déployant ses troupes et son armée de l’air dans le nord suite aux menaces de représailles du groupe terroriste Hezbollah.

Des unités d’artillerie israéliennes ont tiré 20 obus vers la Syrie en réponse à des tirs de roquettes – un des bombardements les plus lourds d’Israël en Syrie depuis des années.

Al Manar, une chaîne de télévision libanaise affiliée au Hezbollah, rapporte que des avions israéliens font des cercles dans le ciel du Golan du côté israélien de la frontière.

La police a fermé plusieurs croisements afin d’empêcher les véhicules de se rendre au nord, alors que des policiers ratissent la région à la recherche d’endroits où les roquettes ont atterri.

Yaakov Shohat, un employé du site du mont Hermon, a confié à NRG que « conformément aux instructions de l’armée, nous évacuons tout le monde, tranquillement et paisiblement. Il n’y a pas ici de stress, et nous ne savons rien – nous n’avons pas reçu des instructions de l’armée israélienne. Il y a environ 1 000 personnes dans le Hermon actuellement ».