Les soldats israéliens ont reçu ordre de porter leurs armes personnelles en rentrant chez eux même en dehors de leur service pour pouvoir intervenir à la suite de la recrudescence des attaques de Palestiniens, a indiqué mardi l’armée.

« Le chef d’état-major, le général Gadi Eisenkot a ordonné que les soldats portent leurs armes même en dehors de leurs service » en rentrant chez eux pour des permissions, par exemple, a affirmé une porte-parole militaire à l’AFP.

Cette décision a été prise à la suite de la polémique provoquée par la mort jeudi dernier d’un soldat en permission qui a été tué à coups de couteau lorsqu’il faisait ses courses par deux Palestiniens dans une zone commerciale israélienne en Cisjordanie occupée.

Son épouse a ensuite raconté aux médias que son mari avait demandé à ses supérieurs d’emporter son arme pour se protéger, mais que ses supérieurs avaient refusé.

Le soldat avait été contraint de déposer son arme dans l’armurerie de sa base. Le couple résidait dans l’implantation israélienne de Maale Mikhmas proche du lieu de l’attaque.

Ce témoignage avait provoqué une vive polémique dans les médias dont la plupart avaient critiqué le fait que l’immense majorité des soldats en permission revenaient chez eux désarmés et ne pouvaient pas se défendre ou intervenir en cas d’attaques de Palestiniens.

Jusqu’à présent, les soldats n’étaient pas autorisés à emporter leurs armes de crainte qu’elles ne soient volées ou utilisées pour commettre des suicides.