Le tribunal de première instance de Rishon Lezion a ordonné jeudi que l’ancien chef du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu soit maintenu en prison pendant encore six jours.

Il a justifié sa décision en expliquant que les suspicions pesant contre lui ont été « renforcés » au cours de l’enquête criminelle connue sous le nom d’Affaire 3000 concernant les acquisitions navales israéliennes de l’Allemagne.

Le suspect, David Sharan, est un ancien assistant du ministre de l’Énergie, Yuval Steinitz, avant qu’il ait rejoint le cabinet du Premier ministre en tant que chef du cabinet du Premier ministre en 2014 jusqu’à son renvoi le 12 septembre.

« Les soupçons contre Sharan se sont considérablement renforcés », a déclaré le juge Einat Ron lors de l’audience.

La police a affirmé que Sharan, l’un des nombreux hauts responsable interpelés dans le cadre de l’enquête dans cette affaire, est soupçonné d’avoir accepté des pots-de-vin, de corruption, d’abus confiance et d’avoir conspiré en vue de commettre un crime.

« Il y a eu un certain nombre d’évolutions au cours des derniers jours concernant les suspects, y compris Sharan », a ajouté Ron, poursuivant qu’il soupçonnait qu’il pourrait entraver l’enquête s’il était libéré de sa garde à vue.

Sharan et cinq autres suspects ont été arrêtés dimanche lors d’opérations menées dans le cadre de l’enquête pour corruption sur l’achat de navires valant plusieurs millions de dollars à l’Allemagne.