L’Egypte a lancé une nouvelle campagne visant à créer une « zone tampon » entre la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï, selon une agence de presse palestinienne.

L’agence indépendante Maan cite un responsable sécuritaire égyptien, qui a préféré gardé l’anonymat et qui indique que l’armée égyptienne a détruit, samedi, 10 tunnels et sept maisons à Rafah, le long de la frontière.

Le responsable affirme que les maisons servaient à dissimuler des tunnels et qu’elles ont été pulvérisées après la destruction des conduits.

Les événements de samedi font partie d’un plan plus général visant à établir une zone tampon de 300 à 500 mètres à Rafah, explique la source.

En janvier, le Times of Israel apprenait qu’Israël coopérait secrètement avec le gouvernement égyptien contre le Hamas à Gaza, autorisant notamment Le Caire à déployer des forces militaires au-delà des dispositions prévues par les accords de Camp David.

L’Egypte est essentiellement concernée par l’éradication des cellules djihadistes locales de la zone d’el-Arish, mais pense que le Hamas fournit une aide logistique et entraîne des éléments radicaux au-delà de la frontière.

C’est pourquoi l’Egypte s’efforce de détruire de manière systématique les tunnels de contrebande entre le Sinaï et Gaza, qu’elle considère comme un important conduit pour les armes illégales.

Les tunnels constituent également une précieuse source de revenus pour le Hamas, qui taxe tout type de biens y transitant et qui sont destinés à la bande de Gaza.

Quatre responsables égyptiens de la sécurité ont confié en janvier à Reuters que le Hamas était la prochaine cible de l’Egypte après la suppression des Frères musulmans. Selon l’agence de presse, l’Egypte soutient des actions subversives contre le régime du Hamas.

En réponse, un porte-parole du Hamas a déclaré que l’Egypte se « berçait d’illusions » si elle croyait pouvoir écraser son organisation à Gaza.