En 2014, le nombre d’actes antisémites recensés sur le territoire français a doublé, passant de 423 en 2013 à 851 en 2014.

A l’image des attentats de début janvier à Paris, « on tue des hommes, des enfants en bas âge pour l’unique raison qu’ils sont Juifs » note le rapport réalisé par le service de protection de la communauté juive (SPCJ) et basé sur les statistiques du ministère de l’Intérieur.

Les villes françaises les plus touchées par les actes antisémites en 2014 sont Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Sarcelles, Strasbourg, Nice, Villeurbanne et Créteil. Au cours du mois de juillet, au plus fort du conflit qui a opposé Israël au Hamas, les actes antisémites ont quasiment quadruplé.

Bien que ne représentant que 1 % de la population française, les Juifs sont confrontés à 51% des actes racistes commis en France en 2014. A l’inverse le rapport met en lumière le fait que les actes racistes, hors actes antisémites, recensés en 2014 sont en recul de 5% comparativement à 2013.


Le SPCJ est une association qui a été créée en 1980, au lendemain de l’attentat de la rue Copernic à Paris.

Sa vocation exclusive est la protection de la vie juive dans sa pluralité.