A titre posthume, Marianne et Joseph Zyk se sont vus décernés le titre de « Juste parmi les Nations » par le Comité français de Yad Vashem pour avoir sauvé Armand Azjenberg et Annette Glance

Le site de Yad Vashem raconte l’histoire de ce sauvetage : « 14 mai 1941, Rafael Ajzenberg est arrêté sur convocation et interné dans le camp de Pithiviers. Il est déporté par le convoi N° 4 le 25 juin 1942 et assassiné à Auschwitz Birkenau. Début juillet 1942, Armand est envoyé pour un mois à la campagne chez un couple catholique d’origine polonaise, Monsieur et Madame Zyk, très certainement placé par une organisation dénommée « l’Entraide temporaire ».

La solidarité dans ce coin fonctionne à plein régime : « La jeune institutrice, Eliane Altier, âgée de 19 ans, francise le nom d’Ajzenberg en Agembert. Les Zyk ont trois enfants : Stéphanie, Wanda et Tadzui. Ils exploitent une petite ferme dans un hameau près du village de Rozières-sur-Crise dans l’Aisne. Armand est considéré comme un enfant de la famille par Marianne et Joseph Zyk et les rapports avec leurs enfants sont fraternels ».

Alors que tout le petit village de Rozières-sur-Crise, où s’est tenue une cérémonie le 21 janvier dernier en présence des enfants des Zyk, Thadéï Zyk, et Wanda Kornat en présence d’Armand Ajzenberg, était au courant, personne n’a fait connaître la présence des enfants.

La cousine d’Armand, Annette Fuks, a été hébergée dans la même maison.