L’Etat ne donnera pas suite aux accusations concernant les notes de frais du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré jeudi le procureur général Yehuda Weinstein, fermant ainsi une procédure de trois ans sur un possible scandale de corruption.

L’affaire, révélée par la Dixième chaîne il y a trois ans et demi, prétendait que Netanyahu avait commis des malversations financières concernant des frais de déplacement alors qu’il était député de la Knesset entre 1999 et 2008.

Weinstein – après avoir accepté les avis de la police – le Bureau du procureur général de Jérusalem et l’avocat d’Etat, ont bouclé la longue enquête sur le Premier ministre.

« Il n’y a aucune chance réelle que des investigations supplémentaires, et même une investigation criminelle, puissent mener à des conclusions d’un niveau suffisant pour un procès du fait de la longue période de temps qui s’est écoulée depuis que les événements se sont produits », a-t-il déclaré.

Le scandale présumé, surnommé « Bibitours » dans la presse israélienne, fait référence à plusieurs voyages à Londres ou aux Etats-Unis que Netanyahu a faits avec sa famille en 2006 alors qu’il était à la tête de l’opposition.

Le chef du Likud a été suspecté d’avoir pris de l’argent de plus d’une organisation pour le même voyage et d’avoir utilisé des avions privés sans transparence vis-à-vis de la commission parlementaire d’éthique.

L’avocat de Netanyahu, David Shimron, a déclaré que la Knesset avait payé son vol à Londres et que Links Israël avait financé les frais de voyage de sa femme mais avait attribué par erreur le reçu au chef du Likud, peut-on lire dans Haaretz.

Lors du voyage à New York, Netanyahu a prétendu que les deux factures avaient été fournies par une organisation qui a par erreur émis une facture sous un autre nom.

Selon les allégations, l’homme d’affaires Dedi Graucher avait donné au chauffeur de Netanyahu plusieurs centaines de dollars en liquide en 2008.

Pourtant, le procureur général a déclaré qu’il n’avait pas trouvé de « preuves que Netanyahu était impliqué dans l’incident ».

Le Premier ministre, par le biais de son avocat, a déposé une plainte pour diffamation contre la Dixième chaîne, demandant une somme de 3,5 millions de shekels (envion 850 000 euros), selon le site d’informations Walla.