Le bureau du procureur de Tel Aviv a annoncé mercredi 5 février, l’abandon des charges qui pesaient sur le chanteur Eyal Golan.

Le chanteur faisait l’objet d’une enquête le soupçonnant d’avoir eu des rapports sexuels avec des mineures. Le bureau du procureur a déclaré qu’il abandonnait les poursuites pour cause de manque de preuves.

Mardi, le chanteur avait publié un communiqué à la presse qui proclamait son innocence. « Ces trois derniers mois ont été très difficiles, » a-t-il écrit. « Je suis conscient que le public israélien est en colère et confus par rapports à la situation et je m’en excuse. »

Quand les allégations ont été rendues publiques, Eyal Golan avait quitté de lui-même le programme de télé-réalité « Rising Star » dans lequel il occupait le rôle de juge.

« J’ai été mis dans une situation très difficile et c’est déplaisant, » dit-il. « Ces mois-ci ont été difficiles pour ma mère et mes enfants. »

M. Golan est divorcé d’Ilanit Levi, ancienne Miss Israël, et ils ont deux enfants, Liam et Alin. Sa maison de production, Liam Productions, a été nommée après son fils.

Le chanteur a souligné mardi qu’il avait l’intention d’apparaître à une conférence de presse, mais le bureau du procureur n’a pas encore classé l’affaire.

En novembre, les tabloïds du pays faisaient polémique avec la nouvelle selon laquelle « un chanteur populaire anonyme », qui s’est révélé être Eyal Golan, était interrogé par la police pour avoir eu des rapports sexuels avec des mineures.

Selon la police, des sources proches du chanteur amenaient les filles dans des chambres louées pour des soirées. Au programme : rapports sexuels, usage de drogues et cadeaux coûteux.

Ce n’était pas la première fois que le chanteur avait à faire avec la justice. Le bureau des impôts s’était penché sur son cas en octobre dernier, l’accusant de ne pas avoir déclaré son revenu ou d’avoir payé une taxe de revenu sur 2,6 million de NIS (environ 544000€).

M. Golan, une des plus importantes stars en Israël, gagne environ 14 million de NIS par an (presque 3 millions d’euros), selon le quotidien Yediot Aharonot. Cette affaire n’a pas été classée.

« Je voudrais clarifier que je n’ai jamais rien fait qui pourrait déshonorer une femme ou un homme en Israël, » lit-on dans le communiqué du chanteur. Il a ajouté qu’une femme qui avait témoigné contre lui avait menti et que c’était son mensonge qui avait causé tant de bruit.

Il a en effet admis que son père lui avait rendu visite accompagné de deux jeunes femmes. Soupçonnant que l’une d’entre elles était trop jeune, il lui avait demandé de quitter les lieux sur le champ.

« Ma plus grande consternation, c’est qu’il y a un grand nombre de personnes dans mon entourage, qui a utilisé mon nom de manière irresponsable, dans le but de faire des choses qui ne sont pas correctes et qui vont à l’encontre de mes croyances, » a écrit M. Golan.

« Quand vous êtes au sommet, vous ne regardez pas à droite, ni à gauche, vous vous concentrez sur ce que vous faites, sur l’amour que vous donnez au public et peut-être il arrive parfois que vous êtes ébloui. Mais une situation est apparue, dans laquelle des personnes en qui j’avais confiance ont fait des choses que je n’ai pas approuvé et cela me désole de tout mon cœur. »

M. Golan a déclaré avoir renvoyé les membres du personnel qui avaient agi de manière irresponsable et il compte se concentrer sur sa musique pour le moment. « J’ai l’impression qu’on m’a pendu sur la place publique au bout d’une longue corde et chaque personne qui passe devant moi me jette une brique, » a-t-il dit.

Selon la radio de l’armée israélienne, un centre communautaire juif situé à San Diego a décidé d’annuler un concert car certains membres de la communauté locale trouvait l’idée du concert inappropriée.