Le ministère de la Santé a commandé une étude des effets et de l’efficacité du cannabis médical.

Selon le quotidien Haaretz, l’étude sera menée par l’Institut israélien national pour la recherche de la santé. Elle suivra quelque 2 000 patients traités avec du cannabis médical sur une période de deux ans.

Les dernières années, le cannabis médical est devenu plus populaire et accepté en Israël.

Environ 15 000 patients sont officiellement traités au cannabis et 50 personnes sont approuvées par le ministère de la Santé par semaine pour le traitement.

Il y a cependant d’énormes lacunes dans la compréhension des médecins sur ce qui se passe chez les patients quand ils commencent le traitement. C’est ce que l’étude tentera de révéler.

L’enthousiasme pour le cannabis médical est important, et beaucoup découvrent que leur maladie peut être atténuée par son recours.

Il y a cependant « beaucoup de choses que nous ne savons pas à son propos, » explique Pesach Schwartzman, un professeur en médecine à l’université Ben Gurion, qui mène l’étude.

L’étude, qui a déjà débuté, vise à « mener des recherches appropriées sur les effets du cannabis » pour traiter certaines maladies.

Elle devrait, selon Scwartzman, augmenter de façon significative les connaissances des médecins et des patients.

L’étude mettra en avant les résultats positifs, les effets secondaires négatifs, la dépendance potentielle que le traitement pourrait causer et les raisons pour lesquelles certains patients arrêtent leur traitement.

Selon Schwartzman, certains effets négatifs causés par le cannabis médical n’ont pas été assez étudiés – comme les possibilités de crise psychotique chez les personnes préconditionnées aux maladies mentales, qui seront examinées de près.

Israël est considéré comme l’un des pays les plus avancés au monde quant au programme de traitement médical par le cannabis.

Beaucoup des recherches importantes effectuées sur le cannabis ont été menées par des institutions israéliennes.

Selon Haaretz, seulement 20 médecins sont actuellement autorisés à prescrire du cannabis, mais ce nombre devrait augmenter avec la demande.

Selon un rapport publié l’an dernier, les prescriptions ont augmenté de 30 % en 2013.