Dans une vidéo postée mercredi par la branche chargée de la propagande du groupe terroriste, un porte-parole de l’Etat islamique menace à la fois en arabe et en français de « massacrer des Français dans les rues de Paris ».

A la fin de la vidéo, on voit l’assassinat d’un homme présenté comme un soldat de l’armée syrienne.

Des terroristes faisant allégeance à l’Etat islamique ont perpétré une série d’attaques en France au cours de cette année, y compris l’attaque contre le magasin casher qui a entraîné la mort de quatre personnes.

Obama et son homologue turc Erdogan discutent sécurité et EI

Le président américain Barack Obama et son homlogue turc Recep Tayyip Erdogan se sont téléphoné mercredi pour évoquer les guerres en Syrie et en Irak et le combat contre le groupe Etat islamique, a rapporté la Maison Blanche.

La sécurité de la région reste une priorité, a souligné l’exécutif américain dans un communiqué, en promettant de travailler étroitement avec la Turquie sur plusieurs sujets.

Les deux dirigeants ont évoqué une « coopération qui se poursuit et s’intensifie dans le combat contre le groupe EI, leurs efforts communs pour ramener la sécurité et la stabilité en Irak, ainsi qu’une résolution politique du conflit en Syrie », a précisé la Maison Blanche.

Obama a aussi présenté ses condoléances à la Turquie, frappée par plusieurs attaques sanglantes, dont celle attribuée aux djihadistes de l’EI qui a fait mardi 32 morts et une centaine de blessés à Suruç (sud), près de la frontière avec la Syrie.

L’attaque, la plus meurtrière en Turquie depuis 2013, a provoqué des représailles mercredi de rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Ces rebelles ont tué deux policiers, en expliquant qu’ils représentaient l’Etat turc qui a, selon eux, « coopéré » avec les djihadistes.

Les Etats-Unis et la Turquie « restent unis dans leur combat contre le terrorisme », a ajouté la Maison Blanche.

Les deux dirigeants ont aussi affirmé qu’ils allaient renforcer leurs efforts pour endiguer le flot des combattants étrangers qui se rendent en Irak et en Syrie, et pour sécuriser la frontière turque, par laquelle passent beaucoup de combattants désireux de rejoindre le groupe EI.

« Le président (Obama) a réaffirmé l’engagement des Etats-Unis auprès de la Turquie en matière de sécurité nationale », a souligné la Maison Blanche.