Moins d’un mois après que l’ancien Premier ministre Ehud Olmert a été reconnu coupable dans un scandale de corruption massive, le ministère public a annoncé dimanche qu’il allait rouvrir l’enquête dans deux autres affaires où Olmert a été acquitté il y a deux ans, après la découverte de nouvelles preuves.

Le parquet exigera de fournir ces nouvelles preuves à la Cour suprême et demandera à obtenir une autorisation pour recueillir davantage de preuves, selon un communiqué publié par le procureur de l’État Shai Nitzan.

Le ministère public a déjà fait appel de l’acquittement d’Olmert dans l’affaire Rishon Tours, dans laquelle l’ancien Premier ministre avait été acquitté alors qu’il était accusé de financement illégal de ses voyages.

Un appel a aussi été déposé pour contester le verdict de l’affaire Talansky, dans laquelle Olmert a été acquitté malgré des soupçons de contributions non déclarées de l’homme d’affaires américain Morris Talansky.

Nitzan a affirmé que les nouvelles preuves avaient été obtenues grâce à l’ancienne secrétaire d’Olmert, Shula Zaken, selon la Dixième chaîne de télévision. Nitzan a ajouté que l’enquête était toujours en cours.

En mars, Olmert a été reconnu coupable dans l’affaire Holyland, l’un des pires scandales de corruption de l’histoire du pays. Au cœur de l’affaire, le développement du complexe résidentiel Holyland à Jérusalem, un vaste projet de constructions, longtemps soupçonné d’avoir été entaché par la corruption. L’affaire a éclaté en 2010 après que Shmuel Dachner, un homme d’affaires impliqué dans le projet, se soit déclaré témoin de l’accusation. Dachner est décédé l’an dernier d’une maladie.

Zaken est devenue témoin de l’accusation quatre jours à peine avant le verdict du procès Holyland, et a accusé Olmert d’avoir fait entrave à la justice et d’avoir soudoyé un témoin. Dans son arrangement avec l’accusation, Zaken s’est engagée à fournir un témoignage, si et lorsque cela s’avérerait nécessaire, dans les appels des affaires Rishon Tours et Talansky.

Après le verdict du procès Holyland, Olmert a été interrogé sur les affaires Rishon Tours et Talansky pendant plusieurs heures dans les bureaux du département national de lutte contre la fraude.

Nitzan n’a pas précisé la nature des nouvelles preuves, mais a affirmé qu’une partie d’entre elles avaient été enregistrées par Zaken. Il a dit que l’exposition des preuves à ce stade nuirait à l’enquête.

Lundi, les tribunaux doivent débattre de la condamnation d’Olmert pour son rôle dans l’affaire Holyland.

Le parquet devrait réclamer une peine d’emprisonnement de 3 à 5 ans.