Un archevêque catholique syrien célèbre pour son soutien aux Palestiniens et qui a été emprisonné par Israël pour avoir transmis illégalement des armes à des terroristes de Cisjordanie, est mort dimanche à l’âge de 94 ans.

Né à Alep, en Syrie, en 1922, Hilarion Capucci a été le vicaire patriarcal de Jérusalem, ainsi que l’archevêque titulaire de Césarée pour l’Eglise catholique grecque. Il était aussi un fervent partisan de la cause palestinienne.

En 1974, Capucci, qui habitait alors à Jérusalem Est, avait été arrêté par les forces de sécurité israélienne pour avoir transmis des armes à l’Armée de libération palestinienne, la branche armée de l’Organisation de libération de la Palestine, en Cisjordanie, en utilisant son statut diplomatique comme couverture. Il avait été condamné à 12 ans de prison.

Il était l’un des prisonniers dont la libération était demandée en 1976 par les terroristes de la prise d’otages d’Entebbe, mais n’avait pas été libéré avant 1978, suite à l’intervention du Vatican. Après sa libération, il avait été exilé à Rome.

Il a continué à défendre les Palestiniens toute sa vie, prenant part à une flottille qui tentait de briser le blocus maritime israélien de la bande de Gaza en 2009 puis en 2010, où il était à bord du Mavi Marmara.

En 2013, le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas avait remis à Capucci une médaille d’honneur à Rome pour son soutien de longue date au peuple palestinien.

L’agence de presse palestinienne officielle Wafa a cité un porte-parole de l’AP qui a décrit Capucci comme un martyr de Jérusalem et un « combattant courageux ».

Sa mort a également été déplorée par le Hamas, le groupe terroriste qui règne sur la bande de Gaza, qui lui a rendu hommage pour sa vie dédiée à « défendre le peuple palestinien et leur juste cause. »

Il a été honoré par des timbres le représentant dans les territoires contrôlés par l’AP, en Irak, en Egypte, en Libye, au Soudan et en Syrie.

Le Vatican a annoncé sa mort à Rome.