Un tribunal du travail a accordé mardi à une ancienne employée à la résidence du Premier ministre, un délai de trois semaines pour déposer une nouvelle plainte dans une action en justice intentée contre Sara Netanyahu, l’épouse du premier ministre.

Le juge Eyal Avrahami a déclaré que pour poursuivre l’affaire, les accusations devaient être présentées de nouveau au tribunal régional du travail de Jérusalem. Il a exigé que le langage injurieux utilisé pour décrire les autres employés de la résidence soit rayé du procès, en particulier le terme «esclave». Il a également demandé à ce que toute information «non pertinente» soit retirée des documents.

L’avocat de Netanyahu avait demandé que son nom soit retiré de l’affaire, car elle n’était pas l’employée de Sara Netanyahu, mais de la Résidence du Premier ministre. Cependant, le juge a décidé qu’il ne considérerait cette demande qu’une fois les documents reformulés soumis.

La plaignante, Shira Raban, est une mère ultra-orthodoxe âgée de 24 ans qui a récemment travaillé comme employée de ménage à la résidence pendant un mois.