L’ancien ministre de l’éducation, Shai Piron, a déclaré lundi que les élèves des écoles israéliennes devraient être confrontés à des points de vue variés et même opposés concernant la création de l’Etat d’Israël, en particulier à la thématique palestinienne de la « Nakba », qui considère la création de l’Etat juif, en 1948, comme une tragédie nationale.

Selon la radio de l’armée, Piron, qui a été réélu député du parti Yesh Atid, a estimé dans le cadre d’un congrès à Tel-Aviv que l' »éducation politique » exigeait des enseignants d’exposer leurs élèves à un large éventail d’opinions et de visions différentes.

Les propos de Piron ont brisé un tabou de longue date en Israël, qui a toujours minimisé le récit de la Nakba. Des éfforts législatifs récents de parlementaires nationalistes ont tenté de retirer le financement des écoles qui célèbrent la Nakba.

Pour Piron, l’évocation de la Nakba dans les écoles israéliennes contribuerait à réduire les tensions racistes au sein de la société.

« On [m’a demandé] ce que je pensais des élèves arabes [israéliens] qui apprennent  la Nakba dans le cadre du système éducatif », a déclaré Piron.

« J’ai répondu que j’y étais opposé : je suis pour l’enseignement de la Nakba à tous les élèves en Israël. Je ne pense pas qu’un élève peut passer par le système éducatif israélien, quand 20 % des élèves ont un autre esprit, une autre histoire, et qu’il ne connait pas cette histoire. »

760 000 personnes ont fui le pays ou ont été contraints à l’exil lors de l’Indépendance d’Israël.

La question du droit de retour des réfugiés palestiniens dans les zones qui font actuellement partie de l’Etat juif a longtemps été un point d’achoppement clé dans les pourparlers de paix israélo-palestiniens.

Israël craint que toute flexibilité sur la question risque d’ouvrir la porte à des millions de réfugiés et de descendants de réfugiés, qui constituent une menace démographique pour le « caractère juif et démocratique » de l’Etat.

Les Palestiniens commémorent chaque année la Journée de la Nakba, le 15 mai.